IL Y A UN AN

Madeleine de mon cœur,

C’est ton premier anniversaire.
Celui dont tu ne te souviendras pas,
Celui dont je me souviendrai pour toi,
Celui qui est tant important pour moi.

Un an, comme un symbole.
Un an de toi, de tes sourires, de tes rires, de tes areuhs, de tes câlins,
Un an à écouter ta respiration,
Un an à te voir grandir à vue d’œil,
Un an à te veiller et à te protéger.

Il y a un an, je ne faisais pas la belle ce matin-là,
J’ai regardé tes sœurs prendre leur petit déjeuner,
Je les ai confiées à mon frère,
Je suis partie main dans la main avec Papa.
En me demandant ce qui se sera passer avant que je ne les revois.

C’est toujours tellement symbolique cette dernière fois où l’on ferme la porte,
Enceinte.
Où l’on sait que lorsqu’on la rouvrira, on sera +1.
Qu’entre-temps, tout aura changé et rien ne sera plus pareil.

Devant l’hôpital, je trouvais que Papa se garait à la vitesse de l’escargot.
Nous sommes montés, en Stan Smith, aux urgences gynéco que je connaissais bien.
La sage femme me dit :
« Vous venez pour quoi ?
– Un déclenchement.
– Vous êtes sure de ce choix ? »
La goutte d’eau ! Non ! Pas sure, non ! On m’oblige !

On nous amène alors dans une petite chambre qui sera la mienne
Pour … quelques heures ? Quelques jours ?
La fenêtre est ouverte, il fait froid …
Ils ont perdu mon dossier (…) et ne savent pas pourquoi je suis là.
Ça traine.

Je vais faire pipi et je perds le bouchon muqueux
(Comme « primipare », « bouchon muqueux » est un terme que je trouve très poétique … )
Cela me fait sourire. Je me dis que tu as compris qu’il fallait y aller
Et que tu me fais un signe ;)
(Un peu dégueu, mais un signe quand même !)

Papa part m’enregistrer et acheter l’Equipe
(Le journal hein, pas donner des pots de vin à l’équipe médicale) …
Une adorable sage-femme, Ségolène, fait son entrée pour poser le monito,
Les cathéter, les prises de tensions …
Elle est sympa, rassurante, je suis entre de bonnes mains.
Je raconte ma vie, ça me déstresse !

(Je ne sais pas encore que Ségolène est bordelaise,
Qu’elle est enceinte également – elle ne le sait pas elle-même alors,
Que l’on va se retrouver ensuite grâce au blog,
Que l’on découvrira qu’elle connait bien la famille du meilleur ami de Joséphine à Bordeaux
Etc
Juste une private joke puisqu’elle me lit : remember :p)

12049247_10153624099214450_863861331166100238_n

Papa revient.
Je me plains du fait que le lit n’est pas confortable et me fait mal au dos.
On se rend compte que j’ai surtout déjà des contractions régulières
Et que c’est à cause de cela que j’ai mal au dos !
(Serais-tu arrivée quand même ce jour-là ou le lendemain sans déclenchement ?
En tout cas cela me ressemble bien : ah oui vous voulez me déclencher ?
Et bien regardez : je commence toute seule !)

Toute l’histoire de cette journée a été racontée ici
Mais en gros :
Le déclenchement a été fait à 10h avec du gel
(Car notre périple de la veille a marché et le col est bien plus favorable !)
A midi il commençait a bien marcher mais sans vrai effet sur le col.

12

Ségolène me libère alors : il faut aller bouger.
Alors je marche, je marche, je danse, j’arpente le couloir en long et en large
Je secoue le bassin sur un ballon
Et je commence à m’arrêter pour agripper les barres le long du mur.

Je garde un très très bon souvenir de ce moment
Car le travail se faisait en mode 2.0 :
J’étais connectée avec mes copines, avec ma maman, avec la nounou.

Pendant que Papa dormait sous l’Equipe (le journal encore une fois !),
J’envoyais des photos, je papotais
Avec mes bombes qui me manquent tant,
Avec Morgane, Marie-Agnès,
Maman, Nicole.

Merci d’avoir été là.
Merci de m’avoir faite rire,
De m’avoir accompagnée.
D’avoir attendu Madeleine avec moi, avec une grande impatience.

(J’ai relu récemment nos échanges en souriant
Et ai ri de voir nos discussions
Et vos interrogations à la fin entre 2 échanges sur les collants Zara ;))

image1 img_0388 img_0389

Je te parlais aussi.
Je te demandais de descendre tranquillement, dans la bonne position,
Je te rassurais.

Quand j’ai annoncé que la douleur était intense,
Papa m’a dit de serrer les dents et prendre sur moi encore un peu
Avant d’appeler la sage femme
(Le déclenchement peut produire de bonnes douleurs sans avoir d’effet sur le col
Et il vaut mieux vérifier peu souvent où en est le travail pour ne pas enlever de produit)

Bilan : je suis partie en salle de naissance assez tardivement !
Tu étais tout près ! Je crois même que – tant bien que mal – j’ai couru jusqu’à la salle !
J’ai eu droit à une péri posée ultra rapidement, une dose de cheval qui m’a paralysé les jambes.
Là, ma sage femme bien aimée me prévient qu’il va falloir pousser avec énergie
Car Madeleine fatigue.

Sous péri, je m’endors et j’aime tout le monde.
(Il faut dire que ma sage-femme et la puéricultrice sont des amours)
Je dis plein de gentillesses entre 2 micro roupillons (grande classe !)
Et crises d’angoisse
(La péri … et le gentil papier sur tous les risques que l’on signe quelques semaines avant …)
Mais là je me réveille, prête à combattre,
Prête à savoir si tu vas toi aussi sortir dans une mauvaise position.

Pas du tout : En une poussée tu es là !
16h07 :
Je n’en reviens pas ! Ça y est ! Je te tiens dans mes bras,
Le corps vide, calmé d’un seul coup.

(Cela m’a toujours semblé dingue ce passage soudain
D’un corps qui se tort au calme plat.
Pour Joséphine, c’est cela qui m’a marqué :
Sa sortie dans un flux d’eau puis le calme
Pour Adélaïde, c’est la perte des eaux qui m’a surprise
Ces flux, plusieurs, je ne savais pas et impressionnants.
Pour toi, je me rappelle surtout t’avoir sentie descendre pendant mes petites danses de couloir)

Bienvenue à toi,
Mon 3ème bébé, ma merveille,
Celle qui a été si facile

17

Encore ce flottement pour moi :
Tant de bonheur mais l’attente pour être sure que tu vas bien,
Que je vais bien aussi.
Car j’ai du mal à croire que tout soit aussi simple cette fois.

S’enchainent alors tous ces moments que j’adore, adore, adore, adore comme dirait Joséphine :
Découvrir tes traits, te souhaiter la bienvenue en chuchotant,
Voir les yeux brillants d’émotion de Papa,
Prendre ta toute petite main, te serrer fort dans ta couverture,
Faire le peau à peau, te promettre plein de jolies choses,
S’émerveiller de cette nouvelle vie.

Revenir à la réalité :
Regarder par la fenêtre qui donne sur la gare.
Voir le quai noir de monde et s’étonner que ce monde tourne encore.
Que ce monde tourne encore alors que tu viens d’arriver et que pour nous le temps s’était arrêté.

Puis te donner ton premier biberon, te laisser partir pour te faire habiller.
Te câliner, te cajoler, t’embrasser, te rassurer.
Voir Papa te prendre dans ses bras pour la première fois.
(Cela doit être tellement étrange de voir sa nouvelle petite fille
Et devoir attendre 15 minutes avant de pouvoir la serrer dans ses bras.)
Appeler tes sœurs et ton oncle, appeler tes grands parents;
Leur annoncer : Madeleine est là ! Elle va bien et elle est belle !
Sans lâcher ta mini main.

L’émotion au bout du fil de tous ceux qui t’attendaient,
T’espéraient et t’aiment déjà !
Merci à eux de leur amour envers nous.

Et j’avoue, vous annoncez la naissance de Madeleine.
Web 2.0 encore et toujours,
C’est parfois presque honteux :)

Mon moment préféré entre tous :
Celui où l’on quitte la salle de naissance.
Fin du combat. On savoure la victoire.
Je pars dans le fauteuil roulant en te tenant fièrement dans mes bras.
La main de Papa sur mon épaule.
(J’avais beaucoup aimé aussi le départ pour tes sœurs
Pour Joséphine, j’étais allongée sur un lit roulant
Et Papa poussait sa couveuse avec un air de fierté si fort !
Pour Adélaïde, elle était dans son lit car elle était bien fatiguée par sa naissance épique,
Papa la poussait alors que j’étais en fauteuil roulant).

Profiter ensuite de ces merveilleuses minutes à 3, juste nous 3
Hors du temps une fois de plus,
A t’admirer, à se demander comment nous avons réussi à faire ça
A caresser ta petite joue, à se regarder sans avoir besoin de mots.

Quelques minutes avant le tourbillon des sœurs qui débarquent
Dans un piaillement un peu impressionné tout de même
– Surtout le mini Chonchon !

11990515_10153621255944450_9018579262704048236_n

Les voir te découvrir,
S’extasier sur tes mini mains, ton petit nez.
Les caresses de Joséphine, leurs jolis mots, les tapes non maitrisées d’Adélaïde
(Tu vas être secouée ma minette par cette « grande petite sœur » qui t’adore
Mais n’a pas la délicatesse – maintenant encore – de ta « grande grande sœur » !)

Découvrir notre famille de 5
Avec mon frère qui veille avec bienveillance sur tout le monde.

Autre moment que je savoure :
Ce premier diner tous ensemble dans la chambre.
Un monde parallèle. Fêter ton arrivée en fanfare.

Puis d’un coup tout le monde s’en va.
Et on se retrouve en tête à tête.
Toi et moi (et mon tiroir rempli de cochonneries prêtes à faire exploser ma glycémie).

Toi et moi.
Ça y est tu es là.
Entre 2 kit Kat, je m’étonne encore de voir mes pieds, de ne plus toucher mon ventre,
De ne plus te sentir à l’intérieur.
Je t’admire, je me demande ce que tu me réserves comme surprise.
Je te mets dans ton lit puis te reprends dans les bras.
Je n’arrive pas à me coucher et profiter des quelques heures de sommeil accordées.

Juste toi et moi. Toi contre moi.
Tu es déjà facile, tu ne râles pas, tu manges bien, tu dors tranquille,
Toute petite chose déjà tant aimée qui allait faire tant de sourires de 3h du matin
Vous vous souvenez ?

12063498_10153629027199450_3907978638980432075_n

Un an après,
J’ai du mal à me rappeler ce qu’était la vie avant toi.
Notre vie a tellement changé depuis.

Tu remplis mes jours, ton ryhtme est le mien.
Tu es resté le bébé facile des premiers temps.
Qui dort bien, qui mange bien, qui est peu malade,
Que l’on transporte partout.

Tu es devenue un bébé très tendre.
La première des 3 à faire depuis longtemps de vrais câlins
Avec tes bras autour du cou, à faire des bisous aussi
(On dirait plus que tu veux m’avaler toute crue et tu me recouvres volontiers de bave
Mais je sais bien que ce sont des bisous d’amour)

Tu es celle qui nous a fait changer de vie,
Tu es celle dont je vais le plus profiter bébé,
Tu es celle qui unit tes sœurs.

Tu es celle qui mange le moindre bout de carton qui traine,
Tu es celle qui adore mâchouiller mes chargeurs de téléphone,
Tu es celle qui ouvre les placards et jettent tout à terre,
Tu es celle qui coince ses doigts dans les tiroirs,
Tu es celle qui adore tremper ses mains dans les toilettes,
Tu es celle que l’on a dû mettre dans un parc.

Tu es celle qui nous fait fondre.
Quand après l’avoir chanté à tes sœurs,
Je te prends dans mes bras pour « te faire la chanson douce » comme elles disent,
Que tu cales ta tête dans mon cou et cache tes mains entre ton bidon et moi.
Quand tu mets ta tête sur le côté pour faire la coquine
Quand tu lèves ta tête en l’air pour me dire que tu ne veux plus manger
Quand tu fais « non non non » de la tête en riant
Quand Papa rentre et que tu te mets à hurler en agitant bras et jambes,
Quand tu pousses de grands « Dadadada » quand Joséphine te parle,
Quand tu éclates de rires aux singeries d’Adélaïde
Quand tu te réveilles en babillant
Quand on lit le « livre des bruits » auquel tu commences à participer
Avec tes « Bababmmm », tes « in-pon » …

Un grand rayon de soleil de la maison.

Bon anniversaire ma Madeleine
Joyeux un an ma 3ème fille,
Ma douce, ma facile.

On m’a dit quand tu es née que tu serais facile
Car les 3ème sont les seuls que l’on « choisirait » vraiment d’avoir
Et que donc on laisserait « être ce qu’ils sont ».
Cela parait un peu brutal dit comme ça,
C’est une vision des fratries que l’on partage ou non,
Mais certains pensent que :

Le premier enfant serait fait par « devoir social »
Et se doit de correspondre à l’idée que ses parents s’en font
C’est pourquoi ils sont souvent sages car on est plus exigeants avec eux.
Les seconds seraient faits pour ne pas laisser seul le premier
Et sont donc considérés comme devant être à l’opposé du premier,
Pour le compléter en quelque sorte,
C’est pourquoi ils sont souvent plus tourbillon.
Mais les 3ème seraient faits pour le plaisir, par réel choix,
Et de fait, rien de particulier ne serait attendu de leur part.
C’est pourquoi ils peuvent simplement être ce qu’ils sont.

Je ne sais si c’est vrai
Mais ma Douce, sois ce que tu es
Car cela nous plait bien !

Reste la belle et gentille petite fille que nous découvrons chaque jour.
Tu es notre amour, pour la vie
Nous sommes fiers de toi !

Joyeux anniversaire trésor.

18 comments

  1. drzaharai says:

    Que c’est beau! Joyeux anniversaire jolie Madeleine! Encore plein de souvenirs (j’ai souris au passage concernant les fameuses barres dans le couloir, je me souviens de les avoir aggrippé de toutes mes forces en pleins contractions en n’arrivant plus à mettre un pied devant l’autre pour aller jusqu’à la salle de naissance!)
    Ce que je crois, moi, pour les 3 ème (et pour les 4ème ça marche aussi!): ce sont des bébés faciles c’est vrai, mais c’est surtout nous qui sommes devenus entre temps des « parents faciles », plus cools, moins stressés, capables de relativiser les petits tracas et de se concentrer à fond sur les bons moments. Merci aux aînés qui nous ont « éduqués » à devenir parents! Belle journée à tus les cinq en ce jour si particulier: l’anniversaire du jour où la famille est devenue complète…

  2. Sarah says:

    Joyeux anniversaire à votre merveilleuse petite fille et à vous aussi !! Très beau récit qui raisonne en moi à l’aube des 1 an de ma troisième également… Votre vision de la fratrie est intéressante, c’est exactement notre ressenti ! Et comment sont les 4eme ? A bientôt

  3. Alice says:

    Joyeux anniversaire petite Madeleine!
    Quel beau cadeau de ta maman que ces récits pleins d’amour et de douceur…
    J’avais oublié les sourires de 3h du matin qui ont été pendant plusieurs mois une des 1eres images IG consultées à mon réveil.

  4. Ysaline says:

    Bonjour,

    Bon premier anniversaire Madeleine.

    Profitez-en bien. Le bonheur peut si vite partir…

    J’avais le même ange, numéro 3 également. Bourrée de qualités, qui a grandi sans problèmes faisant preuve d’une grande autonomie pour tout.
    Le 24 août, elle a succombé à une méningo-encéphalite, après 5 jours d’hôpital, où elle a souffert le martyre parce que le personnel soignant ne l’a pas écoutée et ne m’a pas cru quand je leur disais qu’elle avait très mal à la tête.
    Maintenant, elle est avec les anges pour toujours.

    Que la vie continue d’être belle pour vous !

    Cordialement.

          • Ysaline says:

            RE-MERCI.
            Je découvre votre message du 25 septembre, ce mardi 14 mars, ayant dû délaisser certains messages pour un temps…

            Je vous espère entourée de bonheur…
            Cordialement.

            • Ysaline says:

              Une précision :
              L’équipe médicale qui a suivi notre fille, durant son court séjour hospitalier, a reçu mon mari, notre médecin traitant et moi le 17 novembre.
              Nous avons appris que les médecins avaient fait une erreur de diagnostic !!! Notre fille n’avait pas une méningo-encéphalite mais une cérébellite (inflammation du cervelet) fulminante, visible sur l’IRM du samedi 20 août mais non vue ! Elle aurait pu être traitée par corticoïdes dès le samedi… et peut-être sauvée…

          • Ysaline says:

            Ysaline says: 14 mars 2017 at 16 h 14 min
            Une précision :
            L’équipe médicale qui a suivi notre fille, durant son court séjour hospitalier, a reçu mon mari, notre médecin traitant et moi le 17 novembre.
            Nous avons appris que les médecins avaient fait une erreur de diagnostic !!! Notre fille n’avait pas une méningo-encéphalite mais une cérébellite (inflammation du cervelet) fulminante, visible sur l’IRM du samedi 20 août mais non vue ! Elle aurait pu être traitée par corticoïdes dès le samedi… et peut-être sauvée…

  5. Melissa says:

    Quelle plume, c’est magnifique et émouvant ! Joyeux anniversaire à votre petite puce !

    Ici on a un numéro 1 tourbillon, et Jen 2eme très très calme et facile (l’inverse du numéro 1). Mais cette théorie sur l’ordre de naissance et les caractères associés me semble plutôt plausible !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.