IL Y A UN AN : Mercredi 23 septembre J-1

Petit rayon de soleil,

La veille de ton arrivée …
Ce matin-là, je me revois au petit déjeuner,
Dire sereinement bonne journée à tes sœurs.

C’était mercredi, je devais récupérer Joséphine à l’école le midi
En compagnie de mon frère
Puis nous devions aller chercher Adélaïde chez la nounou après sa sieste.

A 8h45 le téléphone sonne : l’hôpital .
Ils venaient de reparler de moi à la réunion d’équipe du matin
Et ils voudraient que je vienne faire un monito/test de tension dans la matinée.
Le ciel me tombe sur la tête : ils ne vont pas me lâcher !

Je prévins mon frère et débarquais aux urgences gynéco vers 9h30
Il y avait foule et on m’annonce que pas de place avant 11h15.
Sauf qu’à 11h30 je devais être à l’école !
Je raconte alors ma vie et mon ras-le-bol à une des sage-femmes
Qui me demande ce que dit mon tensiomètre maison.
Il dit tension un peu élevée mais pas la cata non plus …
La sage-femme me dit de partir.

Appel en chemin vers l’école. L’hôpital.
Ils ne sont pas sereins alors il me déclencheront demain …
Que je vienne à la mater à 7h30.
Pffffffffffffffffff….

Une dernière journée de liberté
Mais le temps de m’organiser et de m’y faire.
Je suis prête car il faut que cette histoire s’arrête
Je n’en peux plus des ordres et contre-ordres
Je ne sais plus quoi dire à tes sœurs.
Je suis prête, j’ai besoin de toi
De te voir, dans mes bras, en pleine forme.
Je comprends qu’il n’y a plus d’alerte
Ou plutôt que l’équipe médicale ne sait pas vraiment s’il y a alerte
Alors je voudrais te savoir à l’abri de tout risque.

Mon frère restera s’occuper de Joséphine et Adélaïde.
Il saura leur expliquer, les rassurer si le déclenchement prend 2 jours à fonctionner.
Je peux y aller sereinement. Mes trésors seront bien entourées.

C’est dingue car Adélaïde et Madeleine auront attendu qu’il soit là
Pour venir nous rencontrer.
Sûrement car elles sentaient qu’alors leurs sœurs étaient sécurité,
Chouchoutées et gavées de Nutella.
Plus certainement encore car elles sentaient que j’étais détendue,
Prête à accoucher en toute confiance.

(Merci mon frère pour tout ce que tu fais pour tes nièces.
Et plus spécialement pour ces journées tellement particulières
Où tu les as entourées alors que leur monde basculait.
Merci pour avoir su être à leurs côtés,
Toujours présent, sans t’imposer en même temps, en toute discrétion et bienveillance,
Merci pour avoir ainsi rendu ces moments magiques pour nous tous.

Je ris encore en pensant au Ricard bu dans ma chambre pour ‘fêter’ la grosse jaunisse d’Adélaïde,
En pensant à l’odeur de pizza persillée qui est restée dans ma chambre pendant des jours,
Pour les biberons en chocolat avec leur prénom.

Merci de les aimer si fort.
Merci d’être mon grand-frère attentif depuis toujours
De Bertille la chèvre au rues d’Oberkampf,
Des CD single à la cornemuse de mon mariage,
Des « gratinous » de main aux vacances à La Baule,
Des férias aux accouchements.

Merci d’être un grand frère toujours auprès de moi,
Au sens figuré comme au sens propre,
Toi pour qui j’ai eu si peur mais qui m’a ainsi appris à tant aimer la vie.
Je t’aime.)

Je retrouve donc ton oncle devant l’école de Joséphine
Et lui demande de m’amener à Paris,
De prendre tous les pavés à fond la caisse,
De me faire marcher, marcher, marcher,
Histoire de faire commencer le travail tout seul
Et que le déclenchement fonctionne plus rapidement.

C’est ce que nous avons fait.
Nous avons déjeuné avec Joséphine qui avait une otite
J’ai marché, beaucoup, en Stan Smith,
Pour trouver une pharmacie et lui acheter du doliprane.
On a bien roulé,
On a récupéré Adélaïde au petit square
(Je revois encore ma nounou ce soir là
Me raconter son propre déclenchement 20 ans plus tôt
Déclenchement qui s’était plutôt mal passé …
Et me souhaiter bon courage avec tout l’amour qu’elle a pour moi/nous)
J’ai marché jusqu’à chez le pédiatre avec Joséphine,
Je suis remontée jusqu’à la maison.

12004716_10153618954199450_4411534831293897903_n

12036788_10153610200279450_4427238109629708754_n

Le soir, j’étais un peu stressée.
Les filles avaient compris que tu arrivais
Et elles étaient très excitées.
Adélaïde ne voulait pas que je dorme à l’hôpital encore une fois
Même en sachant que sa petite sœur serait là.

Épuisée physiquement et psychologiquement,
J’ai dormi je crois cette nuit là.

Voici la dernière photo de toi à bord mon petit chat :

sans-titre

Je ne te cache pas que derrière mon stress,
J’étais très très impatiente de te rencontrer !
Une nouvelle vie allait commencer, pour toi, pour nous.
Je disais aussi adieu à la grossesse.
Je déteste certes mais c’est étrange de se dire que c’est une dernière fois.

C’est drôle car un an après je me dis que j’aurais dû être affolée
Mais cela fait partie de ces moments « entre-deux »
Où rien n’est vraiment normal.
Ou tout est un peu « hors du temps ».

Papa, lui, était détendu.
Déclenchée ou non, aujourd’hui ou demain,
Rien ne le paniquait.

Papa, ma force, mon repère, mon roc
Celui que rien (ou presque) n’ébranle
(Vos naissances ont tout de même été de grands moments pour lui aussi),
Celui qui me connait de A à Z,
Celui qui anticipe, celui qui rassure, celui qui tient ma main
Dans le bonheur et dans les épreuves,
Qui m’aime tous les jours de sa vie.

Détendu donc mais il le disait si bien en riant :
C’était MON combat qui arrivait aujourdhui,
Lui se contenterait de se faire broyer la main, comme d’habitude :)

A demain cœur d’amour !

27 comments

  1. Marie says:

    Bonjour. merci pour votre récit. J’attends ma puce, ma troisième fille, pour le 10 octobre, mes 3 ers sont arrivés un peu en avance (3 semaines pour la dernière, elle était déjà là). On se prépare et mon frère arrive ce soir pour le we ;-) alors je partage pas mal d’émotions de votre histoire cette année. Je vous dis si ma puce naît demain ;-). Passez un beau we d’anniversaire.

  2. stef kalu says:

    De l’amour, encore et toujours, quelles belles déclarations faites à ton frère et à ton chéri chéri… tu nous auras donné tellement d’émotions depuis le début de cette semaine ma Clem, j’aime tant te lire ma belle!!!!! je pense fort à toi, à vous 5, des bisous les loulous

  3. sab says:

    Un joli récit, drôle et émouvant, d’autant plus en ce moment pour moi… mon aînée est arrivée un 20/09 et vient de fêter ses 4 ans, mon second (un petit Victor ;)) a été déclenché (et il est arrivé sans douleur – même avant la péri posée à 4/5 – et tout en douceur, malgré les horreurs que j’avais entendu sur le déclenchement) et là je suis à j-7 de bb3 (fille ou garçon ? à nouveau déclenchée si bébé ne se décide pas ? vais-je accepter cette fois alors qu’il s’agit très probablement de ma dernière grossesse ? comment et quand cela va-t-il se passer?…) que de questions en suspens qui me rappellent toutes vos interrogations d’il y a 1 an aussi!
    Malgré les doutes et l’angoisse, ces moments sont si beaux et précieux <3

  4. fabienne says:

    Encore et toujours cet Amour sans limite envers le grand frère …un mari …Josephine et Adélaïde ….
    Des déclarations bouleversantes qui font monter quelques larmes …de par leur force sincère et entière. ..
    Une légèreté parfois pour mieux masquer l’émotion ….
    Ainsi est Clémence ! Et on l’aime !

  5. Soline says:

    C’est toujours un plaisir de vous lire, de voir tout cet amour et vos puces si belles !! La douce Jojo, le chonchon pétillant et la belle Maddie douce… Continuez ainsi c’est un régal :)

Laisser un commentaire