IL Y A UN AN : Mardi 22 septembre J-2

Mon bébé doux,

Continuons à te raconter ton arrivée
Qui n’a été que rebondissements !

Il y a un, je me réveillais
(Si l’on peut dire car je n’avais pas vraiment dormi)
Psychologiquement prête à être déclenchée
L’esprit focalisé sur le fait que j’allais te voir,
Toi avec qui je cohabitais depuis tellement de mois.
Toi que j’adorais sentir bouger.

Il suffisait que je te donne un petit coup
Pour que je sente un bras ou une jambe me répondre.
Tu étais une coquinette déjà :
Tu t’es retournée pour la dernière écho
Quand tes sœurs étaient déjà prêtes, tête en bas, dès la 2ème écho.
Tu refusais que je dorme sur le côté, tu râlais à grand coups de pieds.
Tu adorais suivre la main de Papa sur mon ventre
Et tu réagissais à la voix de tes soeurs.
Adélaïde adorait se mettre à cheval face à moi et poser ses mains pour te dire bonsoir
Joséphine te parlait régulièrement en te disant :
« Coucou ! C’est Joséphine ta grande grande soeur ! ».

Ce matin-là, j’essayais de ne pas penser que mon col n’étant pas favorable,
Le déclenchement pourrait fonctionner dans les 2 heures ou les 3 jours
(3 jours !
Comment allais-je rassurer Adélaïde qui attendait sa sœur
Et ne voulait pas voir sa Maman à l’hôpital ?
Comment allais-je survivre à 3 jours d’attente ?
Potentiellement avec des contractions douloureuses inutiles ?
Comment allais-je vivre des nuits d’insomnie et d’attente sans Papa à mes côté ?
Je sais, il y a des choses bien plus graves
Mais à ce moment là, je n’arrivais à prendre aucun recul !)

Bref, j’étais prête à entrer dans l’arène même pleine de doutes.
Je suis comme ça : je stresse, j’appréhende, je me pose des tonnes de questions.
Et au moment où il faut y aller, je suis battante.
Alors allons-y !
Mais bien sûr, personne ne venait … Attente interminable …

Puis la sage femme de la veille est arrivée :
Pas de protéine dans le contrôle des 12 heures !
Surprise !
Toute l’équipe était très étonnée et donc décontenancée.
Du coup on ne déclenchait pas mais ils voulaient me surveiller encore.

Moi qui d’ordinaire n’ose pas, je me suis énervée :
J’étais là pour être déclenchée en raison de protéines dans les urines et de la tension.
Or il n’y avait pas d’albumine (certainement un pot souillé dans le test de la veille)
Et ma tension était correcte (comme d’habitude)
Donc je n’avais aucune raison de rester. Point.

Et je ne voulais pas que l’on décide pour mon bébé de sa date de sortie.
De plus, j’avais 2 petites filles affolées par mon hospitalisation
Qui attendaient de voir leur nouvelle sœur après une journée d’école et de nounou.
Il était donc hors de question qu’elle me retrouve à l’hôpital, sans bébé
Et sans raison.

La sage-femme est allée négocier avec les gynécos :
J’avais le droit de sortir mais seulement après un autre monito/test de tension
Bien sûr, cela a pris une éternité à être réalisé.
Mais à 17h (!) on m’a dit que je pouvais filer dormir chez moi
(Avec ordre de prendre ma tension régulièrement)
Et à 17h03 j’étais dehors à humer l’air frais comme jamais !

Je suis allée chercher mes filles, mes trésors que j’ai serré très fort
Et j’ai certainement manger des carottes râpées.
Car enceinte, j’ai des obsessions.

Pour Joséphine, au tout début c’était le cassoulet en boite
(Surtout en boite, avec la sauce orange)
Puis j’ai mangé des tomates/mozza pendant des mois.
Pour Adélaïde c’était d’abord les sardines
Et puis le brie, le brie, le brie.
Pour toi ma jolie, c’était les raisins secs
Et nous avons fini par nous goinfrer de carottes râpées
(D’ailleurs, après 3 semaines avec moi dans les Landes,
Papy ne peut plus les voir en peinture !)
A tel point que l’on s’attendait à ce que tu naisses la peau orangée :)

Ce soir-là, j’ai apprécié comme jamais d’être avec ma famille.
J’avais presque moins peur d’accoucher.
Car l’acte en lui-même me terrifiait !

Et j’avais de bonnes raisons de flipper .
Même si j’ai toujours accouché vite
(Je suis entrée en salle de travail à 9h pour Joséphine
Et elle était là à 13h08
Je suis entrée à 13h45 pour Adélaïde et elle était là 14h26),
Ce fut à chaque fois des combats déjà détaillés ici.

Joséphine regardait vers les étoiles = la péri ne marche pas
Et elle essaie d’écarter les os de mon bassin pour passer.
(J’ai appris plus tard que dans un tel cas
– Surtout pour une primipare – terme que je déteste –
Cela se termine généralement en césarienne d’urgence)
Adélaïde est sortie par le nez donc nous avons eu droit à la ventouse,
A une équipe affolée qui s’enguirlandait
Et nous avons été toutes les 2 bien amochées.
Alors quand je pensais à y retourner, je flippais !

De plus, à la mater, j’étais suivie par un excellent gynéco
Mais qui était très très froid.
Quand j’avais demandé :
« Vu mes 2 accouchements précédents, ai-je une chance que ce bébé se présente correctement ? »
Il m’avait juste répondu – froidement donc – : « non »
Oooookkkkk ….

Du coup j’avais appelé une copine gynéco à Bordeaux
Qui m’avait « rassurée » en me disant :
« Tu as réussi à t’en sortir avec les honneurs dans 2 cas compliqués,
Tu sauras gérer le 3ème »
Youhou …

J’étais donc un brin terrorisée et ne voulais pas y aller
(C’est peut être pour cela que tu ne voulais pas non plus sortir
Car à 38SA + 2 RAS
Alors que tes sœurs était là a 36SA+6 et 38SA+1)
Je disais à Papa :
« Quelle idée a-t-on eu d’y retourner ! » ;)

Pourtant tout était prêt :

29

12027378_10153599956279450_2510082220983489108_o

Les parents d’une amie de Joséphine était prêts à la récupérer à la sortie de l’école si besoin,
L’école était au courant,
Notre fabuleuse nounou gérait Adélaïde prête à gérer les 2 soeurs
S’il le fallait,
Mon frère venait de déménager près de chez nous
Et était prêt à venir s’occuper de ses nièces au moment M
(Il s’était déjà très très bien occupée de Joséphine
Durant ma semaine à la maternité pour Adélaïde.)
D’ailleurs il venait passer la journée avec nous le lendemain.

Et surtout : tes sœurs t’attendaient.
Je ne sais pas vraiment comment nous avons réussi à faire
Pour que vous, notre trio chéri, notre brochette jolie,
Vous vous aimiez tellement.

Nous ne sommes pas du tout du genre pedospy,
Nous n’avons donc utilisé aucun livre, aucune méthode spéciale.
Nous avons simplement expliqué que vous auriez « des amies pour la vie »
Et avons répondu simplement aux questions
(Joséphine a bien sûr posé des questions sur la petite graine
Mais dans un périmètre assez restreint
Et Adélaïde nous a écouté surtout intéressée par le cadeau que sa sœur allait lui apporter !)
Elles ont choisi le doudou de leur future sœur
Dont elle ne savait pas le prénom
(Secret chez nous et nous ne voulions pas que Joséphine lâche l’info donc chut !)

12011134_10153600013284450_5497072724950345504_n 10425893_10153373960614450_1463667892818514038_n

Je m’endormais donc ravie d’être dans mon lit,
Ravie de voir mon frère le lendemain pour me changer les idées.
Angoissée tout de même à l’idée de savoir comment et quand tu allais arriver
Voire, j’avoue, un peu déçue de ne pas te tenir dans mes bras comme prévu.

Mais cela n’allait pas tarder
J-2

4 comments

  1. Marion says:

    Quel plaisir de lire tes posts…ca me donne envie de faire la même chose pour mes enfants….
    J’aime leur raconter, à chaque anniversaire, le moment de leur naissance et j’aime voir dans leurs yeux leur plaisir à l’écouter….

Répondre à Sophie Annuler la réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.