LECTURE : La vérité sur l’affaire Harry Quebert (Joël Dicker)

Cet été, j’ai eu de la chance :
Les livres que j’avais choisi étaient tous très bien !
Cette fois, je partage La Vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker
(Vous noterez que je lis des Poche donc ce ne sont pas derniers titres à la mode dont je vous parle
J’ai toujours un train de retard !)

lavc3a9ritc3a9cover

Le pitch :
« À New York, au printemps 2008, lorsque l’Amérique bruisse des prémices de l’élection présidentielle,
Marcus Goldman, jeune écrivain à succès, est dans la tourmente:
Il est incapable d’écrire le nouveau roman qu’il doit remettre à son éditeur d’ici quelques mois.

Le délai est près d’expirer quand soudain tout bascule pour lui :
Son ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, l’un des écrivains les plus respectés du pays, est rattrapé par son passé
Et se retrouve accusé d avoir assassiné, en 1975, Nola Kellergan, une jeune fille de 15 ans, avec qui il aurait eu une liaison.

Convaincu de l’innocence de Harry, Marcus abandonne tout pour se rendre dans le New Hampshire et mener son enquête.
Il est rapidement dépassé par les événements : l’enquête s’enfonce et il fait l’objet de menaces.
Pour innocenter Harry et sauver sa carrière d écrivain, il doit absolument répondre à trois questions :
Qui a tué Nola Kellergan ? Que s’est-il passé dans le New Hampshire à l’été 1975 ? Et comment écrit-on un roman à succès ?

Sous ses airs de thriller à l’américaine, La Vérité sur l’Affaire Harry Quebert est une réflexion sur l’Amérique, sur les travers de la société moderne, sur la littérature, sur la justice et sur les médias. »

Il y a donc plusieurs histoire dans l’histoire :

* L’histoire policière
Nola disparait donc un soir d’août et son corps n’est retrouvé que 33 ans après dans le jardin d’Harry.
Marcus revient enquêter pour éviter à son ami la chaise électrique.
Cette partie est vraiment sympa.
Beaucoup de personnes s’entre-mêlent, beaucoup de rebondissements, beaucoup d’histoires mises à jour et de surprises etc
Ce que j’ai aimé :
Quand on croit l’histoire close, on voit que l’on n’en est qu’à la moitié du roman !
(C’est le plaisir d’être sur un livre et pas un e-book ;) )
Intriguant !

* L’histoire d’amour entre Harry (34 ans) et Nola (15 ans)
On y parle de l’Amour avec un grand A, celui que l’on ne connait qu’une fois dans sa vie
Celui pour qui ont est prêt à tout abandonner.
Bon, là, je suis passée à côté ! Pourtant je suis assez bon public sur ce thème !
Nola est d’une mièvrerie assez déconcertante qui rend l’histoire d’amour peu crédible avec cet homme mûr et instruit.
C’est dommage mais cela se lit bien tout de même.
Est mis en question également le thème de la différence d’âge (19 ans ici) dans un couple.
Mais finalement, ce qui gêne le plus c’est que la fille est 15 ans.

* L’histoire d’amitié entre  Marcus et Harry
J’ai bien aimé leurs liens :
Comment ils se sont soutenus l’un l’autre
Comment ils anticipent les réactions de l’autre
Et comment tout se termine malgré les impostures.

* La description de la vie des écrivains :
Via la vie de Marcus :
C’est une peinture de l’écrivain, un peu à l’américaine, que l’on découvre :
L’homme médiatique, le produit rentable qu’est un écrivain à succès
La pression qu’il subit, les anticipations faites sur ses productions,
Les impostures possibles : les « nègres » que l’on lui propose,
Le stress de la page blanche etc
Si j’ai aimé ces passages au départ, cette partie m’a lassée au fil du temps.
Via la vie de Harry :
C’est un cliché que l’on lit alors :
L’homme qui va écrire un best seller en se retirant dans une jolie maison au bord de la mer
Qui trouve l’inspiration dans sa propre vie etc
Cette idée me plait même si on la découvre inefficace dans le cas d’Harry comme dans celui de Marcus !
Via le coaching que fait Harry à Marcus pour qu’il devienne écrivain :
On découvre qu’effectivement écrire un livre n’est pas un don
Mais demande, en plus d’une plume, une grande discipline.
Ecrire, c’est comme boxer lui explique-t-il de façon très juste
Et il lui offre 31 règles à respecter.
J’ai beaucoup aimé cette vision ainsi que les conseils donnés.
Via l’histoire des romans succès du livre
Les bouquins qui ont marché ne sont pas des fictions
Mais l’expression de la vérité, d’un quotidien et de choses connues
Pourtant Harry annonçait que le talent de l’écrivain est de rendre parfaitement des sentiments qu’il n’a jamais éprouvés
Est-ce cela qui marche ou l’écrivain doit-il puiser au fond et autour de lui ?

La vérité sur l’affaire Harry Quebert est un livre comme je les aime :
Ceux que l’on a du mal à lâcher, que l’on est prêt à lire à table pour avancer dans l’intrigue
Ceux qui nous garde en haleine de bout en bout.

J’ai adoré la construction du roman :
Les conseils de l’écrivain donné à rebours en tête de chapitre,
Les multiples flash back,
Les morceaux de roman de Harry intégré dans le roman lui-même,
Les reconstructions du passé imaginées par Marcus au cours de son enquête
Tout cela est vraiment bien orchestré, articulé et amené.
On ne se perd pas dans l’histoire.

J’ai aimé surtout le sujet de fond du roman :
L’imposture.
Aucun personnage n’est finalement ce que l’on pense qu’il est.
Ni les écrivains, ni les jeunes filles, ni les policiers etc
Et j’ai beaucoup aimé le passage sur l’imposture dans la facilité :
Pour un domaine donné, il est facile d’être le meilleur quand on fait en sorte de se mesurer à plus faible que soit.
La vraie force étant de se mesurer à quelqu’un de son niveau
Et surtout : ne pas avoir peur de la chute car elle aura forcément lieu à un moment ou un autre !
L’important étant de savoir comment nous allons nous relever.

Je n’ai pas aimé le fait que les personnages soient un peu trop caricaturés
Hormis Harry et Marcus un peu plus travaillés, on trouve :
Nola ultra mièvre,
Jenny, amoureuse éperdue typique,
Sa mère, furie prête à tout pour la caser, figure bien connue des histoires
Le père mollasson comme il faut,
L’amoureux transi et timide qui veille classiquement dans l’ombre etc
C’était un peu décevant que ces personnages ne soient pas plus complexes.

Idem pour l’écriture du livre.
Un peu brut de décoffrage, plus polar que roman
Et tout ce qui touche au sentiment est niais.
Du coup, quand on lit des extraits du chef d’œuvre d’Harry, une histoire d’amour,
On trouve ça nullissime !
Perte de de crédibilité !

En conclusion, c’est un très très bon roman pour les vacances
L’histoire est rondement menée, le mélange du temps fait avec une main de maître
Mais l’écriture n’est pas soignée.
C’est pourquoi je trouve qu’il ne méritait pas le Grand Prix du roman de l’Académie Française qu’il a reçu.
Je conseille malgré tout !

23 comments

  1. Sous les galets says:

    Entièrement d’accord sur tout tout tout. Il méritait son Goncourt des lycéens par contre, c’est un chouette livre de jeunesse. J’espère qu’il va soigner son style et creuser ses personnages, car il en sort un autre et je sens que je vais me jeter dessus, parce que malgré tout , ça marche !!!

  2. Caroline M says:

    Je partage aussi votre avis sur ce livre! Très bien dans l’ensemble: la construction du livre et les têtes de chapitres en référence à la boxe… Par contre je n’ai pas accroché du tout sur l’histoire d’amour entre Nola et Harry. Pas crédible pour un sou et c’est bien dommage (suis aussi une bonne cliente en général!!)

  3. Camillou says:

    Dévoré en 72 heures alors que j’étais en arrêt pour main plâtrée, j’ai adoré ce livre et l’ai beaucoup recommandé ! J’ai surtout aimé être plongée ds une histoire passionnante et étais même un peu triste que ça se finisse !
    Les Goncourt des lycéens sont toujours une valeur sure d’ailleurs.

  4. babychou says:

    j’aime mieux quand vous parlez des trouvailles enfants ;) fringues, déco…! le but de ce blog ! mais c’est sympa aussi de temps en temps sur les livres…

  5. Claire B says:

    Trop drôle! C’était précisément ma lecture de l’été aussi, je me l’étais mise de côté au week-end de Pâques dans la maison de vacances, sachant qu’il me faudrait plus que deux jours pour le finir!
    J’ai été tenue en haleine aussi par ce roman dont la fin nous surprend bien! Quelques longueurs à déplorer, et en effet peut-être ce livre ne valait-il pas ce grand prix, mais je le recommande chaudement!
    Tout à fait d’accord sur le côté mièvre des passages les plus sentimentaux: les mouettes, la plage, le coeur qui chavire…J’ai du mal à croire que le livre de Marcus ait pu être un chef d’oeuvre, vu les extraits!

  6. Vanessa says:

    J’aime bien la façon dont vous présentez les ouvrages. Depuis que je lis les trouvailles, je trouve que votre écriture à beaucoup évolué, même si j’ai bien accroché des le départ! Au début votre style était très personnel et on vous reconnaissait bien, puis maintenant on trouve encore plus d’aisance et de légèreté. Merci de partager avec nous votre passion pour la lecture.

  7. Laurence-cholet says:

    Tout à fait d’accord avec votre topo sur ce gros roman que j’ai beaucoup aimé, au point de l’offrir autour de moi, tout en n’adhérant absolument pas à l’histoire d’amour! J’ai d’ailleurs trouvé cela étonnant de ma part de l’avoir quand même aimé puisque cette histoire d’amour semble centrale… Mais comme vous j’ai été atterrée par Nola, et par les « extraits » du roman à succès. Au point de me demander comment Harry pouvait se permettre de donner des conseils d’écriture à Marcus! :)
    En revanche la construction extrêmement réussie, et la partie enquête et imposture sont totalement addictives!
    Merci pour ce blog et toutes ces jolies découvertes.

  8. VeroM says:

    Moi, je viens juste de le lire et suis totalement d’accord avec toi sur tous les points , même sur le fait qu’il ait obtenu un prix de l’Accademie française ….il est très bien , captivant, etc mais ce n’est pas d’une écriture extraordinaire

Laisser un commentaire