LE SAVIEZ-VOUS : Ecosse, tartan , kilt et clans

Cette saison, le tartan est star
On trouve de l’écossais dans toutes les marques.

olympe h14erable_rouge_romane-rouge_romane-13 - Copie look_fille_H15_8-420x630

pakiti jo mra 2 380459_309682035708978_808796569_n

Mais d’où vient-il ? Peut-on porter n’importe lequel ?
(Tous les éléments suivants ont été trouvés sur des sites à droite et à gauche)

LES CLANS
Le terme clan est directement issu du mot gaélique écossais « clann » qui désigne les enfants.
Le préfixe Mac, au début de la plupart des noms propres de clans, veut d’ailleurs dire « fils » en gaélique écossais.

Ainsi, au départ, chaque clan est en théorie le regroupement des membres d’une vaste famille,
Descendant tous d’un ancêtre commun et reconnaissant l’autorité patriarcale du chef.
Avec le temps, le terme eut une signification beaucoup plus large :
Appartenaient au clan tous ceux qui reconnaissaient l’autorité de son chef,
Son autorité absolue puisque celui-ci décidait du devenir du clan, de ses alliances et de ses guerres.
Les guerres étaient d’ailleurs fréquentes entre clans, décidées par les clans pour agrandir leur territoire
Ou décidées par les rois que la puissance des les gênait terriblement.

Beaucoup de noms des Lowlands comme des Highlands sont connus comme :
Abercrombie, Andersen, Barclay,  Campbell,  Fraser, Grant, MacDonald ….

carte_highland clan

 

LE TARTAN
Les tissus multicolores ont été utilisés par les celtes depuis des temps immémoriaux.
Le nombre de couleurs dépendait du rang du porteur :
Le tartan des servants affichait une seule couleur, deux couleurs pour celui des paysans et agriculteurs,
Trois couleurs pour les officiers, cinq couleurs pour les chefs,
Six pour les druides et les poètes et enfin sept pour les rois.

Jusqu’au XVIIIe siècle, les tartans étaient simplement des motifs de tissu différents,
Et l’on choisissait son tartan selon son goût personnel.
(Il est parait-il faux de supposer que les tartans traditionnels à dominante rouge étaient des tartans de guerre,
Sur lesquels le sang était moins visible).

Les tartans étaient le plus souvent fabriqués avec la teinture issue de plantes poussant localement
Et plusieurs membres de clans différents pouvaient très bien porter des tartans similaires.
L’appartenance à un clan spécifique était alors démontrée sur le calot  par le port d’un brin de végétal qui était la plante fétiche du clan ou d’ un insigne portant ses armoiries (crest).

Ce ne fut qu’à partir du XVIIIème siècle que l’appartenance à un clan se signale par le nom patronymique et les couleurs particulières du tartan.
Chaque clan ou famille écossaise a alors défini son propre motif et ses propres couleurs
Qui sont consignés dans un registre officiel tenu par la « Scottish Tartans Society ».

clan

Attention donc à ne pas porter un kilt d’un tartan déposé
Si vous n’en avez pas reçu l’autorisation auprès du clan concerné :
Beaucoup de familles pourraient désapprouver… tandis que d’autres laisseront gentiment faire.

De nombreux tartans officiels de création moderne donnent une signification symbolique aux couleurs utilisées :
Le vert symbolise parfois des prairies ou des forêts, le bleu peut représenter des lacs ou des rivières, et le jaune rappelle des champs de blé ou de céréales…

LE KILT
Le kilt est généralement une jupe portefeuille plissée qui s’arrête aux genoux, faite de pure laine aux motifs colorés d’un tartan.

Le kilt  (filleadh beag)  fait partie de la tenue traditionnelle des Highlands portée par les membres des clans et les régiments écossais.
Il est porté avec :

  • une ceinture en cuir : celle-ci est longue et épaisse dont la boucle, habituellement argentée, est souvent ornée d’entrelacs ou du crest du clan du porteur. Elle permet de maintenir les 24 mètres de laine à la taille.
  • un sporran : une bourse reliée par une chaîne et portée sur la ceinture.
  • des kilt hose (chaussettes en laine) : celles-ci montent jusqu’au mollet, et sont surmontées de « flashes » de chaque côté de la jambe.
  • un Sgian Dubh : petit couteau glissé à l’intérieur de la chaussette droite pour se défendre et montrer sa bravoure

unnamed (1)

Le kilt est parfois remplacé par un pantalon écossais  (« trews ») mais reste un élément fort de la culture écossaise.
Tellement fort, qu’au cours de l’Histoire, le kilt a même été interdit :
En 1707, l’Acte d’Union réunit l’Écosse aux royaumes d’Angleterre et d’Irlande au sein du Royaume-Uni.
Les rébellion jacobites vont alors ensanglanter le pays de 1715 à 1745
(Les partisans catholiques de Jacques II, lignée Stuart face aux partisans protestants de Guillaume d’Orange).
Le Dress Act de 1746 va alors chercher à supprimer tous les signes nationalistes écossais, punissant ainsi d’emprisonnement et de déportation dans les colonies le port du kilt et du tartan.
Le système de clans se désagréger alors petit à petit.

Aujourd’hui, les kilts plus légers avec de 3 à 5 mètres d’étoffe gagnent en popularité pour les randonnées, les bals (ceilidhs), et les matchs de football et de rugby (chez les spectateurs, bien sûr).
Le kilt écossais est le plus souvent porté lors d’occasions formelles ou lors d’évènements traditionnels tels que les Highland Games ou la Burns Night.
(Anniversaire de Robet Burns, sorte de Shakespeare écossais)
Souvent, le kilt et ses accessoires sont loués pour les grandes occasions, car l’ensemble du costume traditionnel coûte assez cher.

Il ne faut jamais rien porter dessous comme le veut la tradition mais la décision revient au porteur de kilt.
Il est de règle qu’un homme bien élevé se montre discret sur la question.
Ainsi, la réponse à une question sur ce sujet peut laisser deviner la réponse, mais y répond rarement directement.
La réponse peut également être :
« Rien n’est abîmé » (en anglais worn signifie à la fois porté pour un vêtement et abîmé),
« Tout est en parfait état de marche » ou encore « des chaussures et des chaussettes ».
Les Écossais ont également une réponse toute faite à cette question de savoir ce qu’ils portent sous leur kilt :
« The future of Scotland » (L’avenir de l’Écosse).

LE TARTAN AUJOURD’HUI
On célèbre chaque année en date du 6 avril le Tartan Day,
En mémoire des descendants écossais qui ont immigrés en Amérique du Nord et pour rappeler du même fait la signature, en 1320, de la déclaration d’Arbroath, établissant l’indépendance de l’Écosse.

Mais le tartan a dépassé les frontière de l’Ecosse et d’autres pays ont le leur :
L’Irlande, certaines province du Canada …
Ou encore la Bretagne et la Normandie :

91738177_o

Dans le monde entier, le tartan est même devenu pour certains grands noms une sorte de marque de fabrique :

burberry-kilt Jean Paul Gaultier

Quant au kilt, comme tous les vêtements, il est soumis aux caprices de la mode.
Depuis les 1980, des kilts sont apparus dans des matières comme le cuir, le jean etc
Des couleurs unies ont aussi été utilisées à la place du tartan, ainsi que des motifs camouflage, prisé surtout par les Nord-Américains.
Cela reste finalement très récent.

Et bien sûr, le kilt est associé au mouvent punk qui l’a utilisé avant de le remplacer par le pantalon écossais,
Généralement porté avec des chaussures de sécurité ou des bottes d’armée, et un t-shirt généralement simple.

gpq083_robe_gothique_punk_visual_ecossais

Même si ces vêtements peuvent déplaire aux traditionalistes,
Ils apportent la preuve que le kilt a toujours sa place dans le monde de la mode,
Qu’il continue à évoluer et qu’il est apprécié.
Et moi, j’en suis fan depuis toujours !

La preuve :
Joséphine a eu son premier kilt en 2011, à 3 ans  :

30 10 36

39 comments

  1. Cécile says:

    Grosse overdose pour moi aussi petite, dont je ne me suis pas remise ! Avec une maman anglaise, à chaque voyage annuel en Angleterre j’avais droit à mon nouveau kilt…. Jusqu’à mes 13 ans…

  2. Fred b says:

    Archi fans ma fille et moi depuis nos vacances en Écosse! Les Highland games du clan Macpherson auxquels nous avons assisté ont eu raison de mes dernières réticences: ma fille est parvenue à se faire offrir le kilt qu’elle appelait de ses vœux devant chaque boutique dédiée (et il y en a beaucoup…) Mais en réalité, je trouve ça plus seyant sur un homme! Mais là, mon mari passe son tour…

  3. Anne ED says:

    24 mètres de laine à la taille, es tu bien certaine ??!! Souvenirs d’enfance pour moi aussi = ça grattait derrière les genoux, d’autant plus que je le portais avec les chaussettes tricotées main tricotées coeur de tante duchmol…
    Mais le look est génial, et je suis ravie de ce grd retour ! bizz

  4. Catherine says:

    J’adooore !!! Ma soeur a épousé un écossais appartenant au Clan des Fraser. Ils habitent à Glasgow et à chaque réunion de famille, à chaque mariage, les kilts etc etc sont de sortie. C’est magnifique. Ma soeur et son mari se sont mariés à Florence en Italie et … tous les hommes étaient en kilt. Nous avons fait sensation au Palais Vecchio !!! Je n’ai pas compté le nombre de touristes japonais qui nous mitraillaient mais c’était impressionnant ;-))). Je retourne en Ecosse régulièrement et à chaque foisj’adoooore cette ambiance. Je vous conseille à toutes d’aller aux jeux des Higlands au moins une fois ou d’assister au Festival d’Edimbourg.
    Bonne journée et biiiz de Bruxelles où pour la première fois depuis des jours, il ne pleut pas.
    Catherine

  5. OzalidinZürich says:

    Je me souviens parfaitement d’un anniversaire de grande (10 ans je crois) où Maman m’avait cérémonieusement emmenée chez Jacadi et m’y avait offert un très beau kilt ! Article très intéressant, très bien écrit – Merci Clémence !

  6. M@rie says:

    Hehe
    La Malice a reçu son premier kilt il y a deux ans ( fais le compte)…
    Sinon j aime bien les kilts, ma maman m en achetait dans une chouette enseigne à Bruxelles ( dujardin pour ceux qui pourraient connaître) avec des mocassins.
    Mais elle savait doser les tendances, du coup je n ai pas fait d overdose de kilt.

    Belle journée
    M@rie

  7. M@rie says:

    D ailleurs en parlant de mocassins tu as déjà testé les penny chez SR?
    D habitude je les prends chez Bonpoint mais je n aime pas les pailletés de cette année.

  8. Les beaux Goff says:

    Je fais partie des traumatisées du kilt…. Je guérirai peut-être lorsque p’titakouett sera « en âge de » (= lorsqu’elle marchera, au bas mot) et qu’on reviendra sous des latitudes plus fraiches ;-)
    Mais j’ai appris plein de choses en lisant cet article!

  9. Victoire Duroy says:

    Excellent papier qui au delà des gouts , des couleurs et des madeleines de Proust….est très didactique. J’aurais appris beaucoup de choses. Jem’en réjouis et t’en remercie

  10. Liliedanssabulle says:

    Je me souviens de cette journée de CE1 où j’avais perdu l’épingle à nourrice qui tenait ce maudit kilt!!!!! Mais j’aime j’aime j’aime quand même!!!!

  11. claire S2C says:

    Merci pour toutes ces infos ! Suoer interessant ! Le kilt aussi j’en ai fait une overdose, mais sur les petites filles je trouve ça chou ! Et puis je suis une grande fan de l’ecosse aussi: j’aime toutes ces traditions ancestrales..:)

Laisser un commentaire