BAC Philo des Trouvailles : Discussion sur l’ « éthique » d’achat :)

Les épreuves du bac commencent aujourd’hui.
Je vous propose donc, par solidarité, de philosopher également !

A l’ouverture de ce blog, j’étais une maman acheteuse ‘lambda’ :
J’habillais ma fille dans les boutiques, pas vraiment via internet
Et sans vraiment réfléchir au sujet, même si j’aimais déjà cela.

Puis je suis tombée dans la blogo,
J’ai découvert qu’il existait des marques fabuleuses sur le web, des blogueuses qui cousaient très bien,
J’ai appris la complexité (ou non) des modèles, les prix des tissus, les patrons ne devant pas être commercialisés, le Liberty ne devant pas être reproduit …
Ainsi que les us et coutumes de ce petit monde.

Step 1 :
Les yeux émerveillés, l’envie de tout essayer, le bonheur d’apprendre, de choisir,
La joie d’ouvrir son esprit et de découvrir de nouveaux horizons,
Le plaisir de trouver ce que l’on aime vraiment ou de le faire faire,
La passion du sujet m’a emportée mais je ne me posais pas plus de questions que cela.

Puis est arrivé le step 2 :
Plus de connaissances dans la blogo, le suivi des projets des uns et des polémiques des autres.
Les discussions compliquées liées à la copie, sujet sur lequel ma réflexion évolue sans cesse
(Beaucoup de billets écrits sur le sujet dans les coups de gueule des Trouvailles)
Mais aussi liées au manque de savoir vivre de certains, à des rivalités (réelles ou prétendues) …

La mode (enfant ou non) est un milieu sans pitié, c’est bien connu
(Je le sais particulièrement pour avoir fait 6 mois dans une société du monde du luxe)
Et sur le web encore plus :
Un milieu de nanas , un milieu finalement clos
(Car ces marques classico-bobo sont ne sont pas si nombreuses que cela)
Un lieu où tout est possible des plus belles créations aux plus incroyables coups bas.

Après ces 3 années à observer, je me pose aujourd’hui beaucoup de questions,
En tant que blogueuse qui promeut des marques sans forcément les tester
Mais aussi tout simplement en tant que consommatrice.

Ce blog m’a toujours permis d’avancer, de me remettre en cause, de me forger des avis justifiés …
Grâce à vous !
Alors je souhaitais partager mes réflexions sur le sujet pour connaitre votre feedback et vos expériences.

Qu’est-ce qui fait le succès d’une marque ?
Ou s’arrête l’inspiration ? Où démarre la copie ?
Une marque se doit-elle d’être fair-play ? Ecraser les autres pour réussir fait-il partie du « jeu » ?
Avant d’acheter un coup de cœur, doit-on s’interroger sur ce qui entoure le produit ? Acheter est-ce cautionner l’esprit d’une marque ?
Doit-on avoir un recul différent envers les petites marques du web qu’envers les grandes enseignes ?

ethique-100-

Je me pose d’autant plus de questions que je l’ai toujours dit :
Les Trouvailles ont pour but de mettre en avant mes découvertes et les choses que j’aime.
J’ai de plus en plus envie de soutenir les marques qui le méritent (à mes yeux)
Et qui n’ont pas toute le succès qu’elles mériteraient (selon moi).
Je me demande pourquoi cette reconnaissance moindre que chez d’autres moins qualitatifs/originaux/intègres ?
Et surtout : comment aider ces trésors trop évincés ?

Bien sûr, je ne me pose pas en juge des marques,
Je fonctionne en écoutant mon cœur, au feeling que j’ai avec les créatrices au fur et à mesure de nos discussions
Je ne suis que mon instinct en fonction de ma propre échelle de valeurs.
Je ne suis pas à l’abri de faire des erreurs, d’avoir des déceptions
Et c’est aussi pourquoi je partage toutes ces questions avec vous.

Avant de commencer, je distinguerai 4 sortes de marques :
* les marques ayant ‘pignon sur rue’ au sens propre du terme comme Bonpoint.
Grosses structures ayant de grandes équipes et un réseau de boutiques.
* les marques du web comme Louise Misha
Petite équipe, pas de boutique, production importante, eshop en propre et présence sur divers sites multi-marques du web.
* les créatrices « intimistes » du web comme Les Zigouis
Créatrice « multi-tâches », production de collections par la créatrice ou via un atelier, site de vente en propre
* les blogueuses couture auto-entrepreneuses comme Liberty Addict
Pas de site de vente, pas de notion de collection, blog vitrine.

Pour moi, l’âme d’une marque et son succès (ou non) sont basés sur plusieurs axes,
Chaque consommateur les pondérant à sa manière  :
* Les collections/les articles proposés
* la qualité des articles / le prix pratiqués
* la manière de produire
* sa visibilité / son marketing / sa renommée / sa manière de prospecter
(Qui rejoignent la personnalité/les valeurs/ la réputation de la créatrice)
Et j’en oublie certainement.

Les collections/les articles proposés
Forcément en tête de ma liste puisque c’est ce qui va atterrir (ou non) dans notre placard
C’est là où arrive le thème « chéri » de nous tous :
Copies, inspirations, éternel recommencement ? Oeuf, poule ?

photo-mode-copie-10-800x480

Concernant la copie, juste une remarque avant de commencer :
Je continue à penser que 2 articles similaires trouveront chacun des acheteurs
Car beaucoup de paramètres entrent en compte et l’inspiration est commune
(Combien de marques ont sorti un col Pierrot après la folie Waddler ?).

De ce fait, si une marque ne va pas bien, selon moi, ce ne peut pas être uniquement dû au fait qu’elle est copiée.
Si une copie marche mieux que son original, c’est peut-être simplement parce qu’elle est mieux réussie ?
Je pense qu’il est nécessaire de se challenger soi-même, toujours, de ne pas jouer à Caliméro
Bref d’avoir un comportement pro et ne pas perdre sa crédibilité.

Pour :
* les marques ayant ‘pignon sur rue’
Je pense que ces marques se copient voire même piochent dans la blogo certaines inspirations
Mais finalement peu importe car c’est l’étiquette du vêtement qui apporte la satisfaction du client.
* les marques du web
Elles surfent sur la même vague du moment et se doivent donc de se différencier
On attend beaucoup de leur créativité je pense.
* les créatrices « intimistes » du web
Je pense qu’il y a ici beaucoup de créativité
Mais que la concurrence est rude car personne n’est réellement « établi »,
Le web est alors à la fois un superbe ami et un horrible ennemi :
Ami = biais par lequel vendre et les blogs associés constituent la preuve d’antériorité permettant de se défendre des attaques de plagiat.
Ennemi = tout est à dispo pour piocher les idées de marques dont la structure ne permet pas de se défendre.
* les blogueuses couture auto-entrepreneuses
Sujet compliqué où l’on trouve de tout tant en copie qu’en création.
Cela est certainement lié à l’intérêt de ce secteur :
Souvent, on peut demander exactement ce que l’on souhaite.
On trouve donc beaucoup de choses qui se ressemblent au milieu d’incroyables nouveautés.

Les marques ayant pignon sur rue et celles de plus en plus connues peuvent survivre à la copie.
Le grand risque se situe dans la copie des petites marques par des blogueuses couture (et inversement) :
Dans ce dernier cas, la copie peut tuer une mini entreprise créative.

Par exemple, on fait copier Bonpoint par une blogueuse couture car le prix de l’original est trop élevé,
Il n’y aurait pas eu d’achat en boutique.
En revanche, proposer/demander une copie d’une petite marque du web la met en péril :
L’écart de prix entre original et copie est moins grand voire inexistant,
L’original aurait donc pu être acheté et ces achats auraient participé à faire vivre la marque.
Encore fallait-il connaitre, avant l’achat, l’offre de toutes ces marques me direz-vous à juste titre !

Sur ce point, mes questions sont donc :
* Dans le cas de petites marques du web ou de blogueuse couture :
Quand on a un coup de cœur, doit-on vérifier que l’article en question n’est pas une copie ? Si oui, comment ?

* Y a-t-il réellement des gens capables de se dire : ‘Tiens je vais copier cet article pour le vendre à mon compte’ parfois tel quel, parfois en changeant simplement un détail, un tissu, une couleur ?


La qualité des articles / le prix pratiqués

* les marques ayant ‘pignon sur rue’ com
Jouent finalement sur d’autres critères telle la renommée
Le rapport qualité/prix n’est pas toujours là et n’est pas forcément ce qui est recherché
* les marques du web
Se doivent d’avoir un rapport qualité/prix honorable pour faire leurs preuves
Mais l’augmentation se fait d’une saison à l’autre.
* les créatrices intimistes
Sont obligées d’avoir un bon rapport qualité/prix
Les prix n’étant bas (du fait du mode de production), l’acheteur attend quelque chose au niveau de ce qu’il paie.
* les blogueuses couture auto-entrepreneuses
On attend un prix plus intéressant car le rendu n’est pas garanti, n’étant pas dans la norme d’une « marque »
Il est presque associé à ces réalisations une notion injustifiée d’ « artisanal » .

Il est étonnant de voir que finalement les clients sont plus stricts sur le rapport qualité/prix
Avec une petite marque du web ou une blogueuse couture qu’avec les grandes enseignes.
On sera pourtant sur des pièces presque uniques, sans accès aux prix préférentiels pour les tissus et en payant de lourdes charges .

Mes questions sont :
* Finalement devrait-on prendre du recul et donner plus d’importance à ce rapport qualité/prix ?

La manière de produire
Ce point est assez amusant car dépend des gens. Certains recherchent absolument le made in France,
(Et Dieu sait que parfois, quand on rentre dans le sujet, on a envie de fuir au Portugal, au Maroc ou en Roumanie)
D’autres aiment la production en petits ateliers
D’autres préfèrent que chaque vêtement soit cousu par la créatrice elle-même.

* les marques ayant ‘pignon sur rue’ au sens propre
Je pense que l’on est à l’écoute du « made in » mais qu’en réalité c’est un jeu marketing :
Car on peut avoir un « made in » hors de France dans des conditions tout à fait valables
Comme on peut avoir un « made in France » complètement factice (étiquette cousue en France)
* les marques du web
Là, je pense que le made in fait partie de l’ « ambiance » de la marque
* les créatrices intimistes
Une différence est faite entre atelier et couture par la créatrice
L’atelier est moins flexible, les contrôles qualité peut être plus stricts, les réassorts plus compliqués
Et beaucoup de blabla marketing peut entourer un atelier dont le mot fait facilement rêver.
Directement via la créatrice, c’est sympa mais peut être aussi plus long dans les délais, moins de stock etc
* les blogueuses couture auto-entrepreneuses
La question ne se pose pas :)

machine-a-coudre

Mes réflexions :
* Comment évaluer un « made in » correctement sans l’entourer d’un marketing intelligent/malin ?

La visibilité / Le marketing / La renommée / la manière de prospecter
(Qui rejoignent la personnalité/les valeurs/ la réputation de la créatrice)
C’est sur ce point que les différences opèrent :
* les marques ayant ‘pignon sur rue’
Je pense que ce point est très travaillé, est rôdé depuis des années.
Une image de marque est déjà associée dans nos têtes à ces énormes du marché
* Pour tous les autres qui sont sur le web,  c’est là que la différence se joue :
FB, IG, Pinterest, les salons, les blogs qui relaient etc
Il faut être partout et j’ai l’impression que tous les coups (même les mauvais) sont permis.
C’est la guerre aux prospects !

Tout d’abord, si la visibilité est importante, elle peut être aussi faussée par le web :
Derrière la vitrine qu’est-ce qu’il y a ? Ce qui est beau sur mon écran le sera-t-il chez moi ?

1

Cette image de marque est créée par le site lui-même, par les photos des collections
Mais aussi par les blogs relais qui sont perçus comme des cautions en quelques sortes.

En photo pro,  on n’attend rien d’autre d’un photographe qu’un beau rendu
On sait qu’il peut magnifiquement photographier une robe peu qualitative.
En photo blogo, je me dis que s’il photographie c’est forcément que cela lui plait
(J’ai peut être tort et on en revient à la notion parfois très floue de billet sponsorisé )
J’ai déjà été très surprise de ce que je voyais versus ce que j’entendais.
Il en va de même pour les blogs qui relaient les marques.

Tout cela me semble à double tranchant du coup
Car l’effet déceptif peut être d’autant plus grand que l’image web renvoyée était belle
Ou le réseau de connaissances étendu.

Il y a également des perles sur le web qui ne sont pas suffisamment vues par manque de marketing
Ce que l’on peut comprendre quand on y réfléchit :
Il est difficile d’être à la fois très bon créateur et très bon stratège marketing.
Il faut pourtant se faire connaitre sinon être bon ne sert à rien.

Viennent ensuite d’autres techniques que l’on respecte plus ou moins notamment selon leur degré d’application,
Qu’elles viennent des « grandes » ou des « petites » marques :
– les cadeaux envoyés
– les prospects récupérés en contactant les personnes laissant des messages sur les pages FB des concurrents
– dire du mal de ses concurrents
– pousser à la vente
– ne pas gérer les commandes dans leur ordre d’arrivée
– jouer à faire amie/amie avec ses clientes de façon peu réaliste …

Je pense qu’on ne peut pas en vouloir à une marque de vouloir faire sa place,
Je pense que certaines stratégies servent, d’autres desservent les marques
Et que l’effet induit dépend des gens et de qui l’utilise.

Finalement, c’est aussi le ‘jeu du commerce’ que cette guerre,
Le marketing agressif prend le pas sur le marketing passif,
Il faut venir nous chercher, il faut « en vouloir »,
Cela va avec notre génération.

Mais selon que l’on parle des grandes ou des petites marques, il y a selon moi UNE différence fondamentale :
Si les grandes enseignes sont incontournables peu importe ce que l’on fera,
Pour les petites marques, c’est NOUS qui décidons qui promouvoir par notre comportement d’achat
Et donc qui l’on maintient ‘en vie’.
L’impact est immense pour ces entreprises.

D’où mes questions :
* Se rend-t-on compte qu’une marque visible sur le web peut avoir « acheté » cette visibilité, les petites comme les grandes  ?
* Si des articles nous plaisent mais que ce qui gravite autour ne nous convient pas, doit-on tout de même acheter ?
* L’éthique d’une marque est-elle donc finalement importante pour sa réussite ou tout est permis ?
* Doit-on avoir conscience de cela et des conséquences quand on achète ?

En conclusion, je peux résumer mon dilemme du moment à :
En tant que consommateur, doit-on acheter ‘responsable’ ?
(En particulier sur les petites marques du web car c’est nous, les acheteurs, qui décidons de leur devenir.)
Et en tant que blogueuse, comment « écrire/photographier responsable » ?
Enfin comment trouver toutes les perles qui sont encore dans l’ombre ?

Bien sûr, chacun pondèrera tous ces éléments à sa façon
Cela confirme qu’il y a de la place pour tous car personne ne fonctionne de la même manière sur ces paramètres.
Et heureusement !

« La mode est la méthode la plus irrésistible et la plus efficace de manipuler de grandes collectivités humaines » disait Konrad Lorenz
Alors, pensez-vous vous laisser manipuler ?

Vous avez 3 heures ! :)

36 comments

  1. Karen liberty addict says:

    Vaste sujet … Je pourrais disserter des heures ! Mais j’ajouterai un paragraphe sur le black ! Car c’est pour des petites AE comme moi un vrai souci… On fait du made in France, souvent du sur mesure mais on paye des charges! Or, certaines clientes nous trouvent parfois trop chères (gloups !) à cause des couturières non déclarées ;-( renseignez-vous mesdames ! Un blog vitrine ne veut pas dire qu’on est déclarée hélas ! À bon entendeur ….

    • Esqui says:

      Karen, par simple curiosité : depuis quand as-tu un statut d’auto-entrepreneur? En gros, quelles sont tes charges? Etant en Suisse, je n’ai pas suivi la chose…

    • Les Trouvailles says:

      J’ai volontairement éviter le sujet, il est censé ne pas exister ;) Mais il est important de le mentionner tu as raison. D’autant plus qu’en débarquant sur la blogo, cela ne vient pas à l’esprit.

  2. Caroline CSX says:

    Un très bel article qui pose beaucoup de bonnes questions…. C’est vrai qu’il n’est pas toujours facile de s’y retrouver au milieu de cette offre si étendue…. Et que privilégier?
    Je dois reconnaitre, probablement l’influence de ta lecture, qu’aujourd’hui, les tiroirs de mes poupées, sont majoritairement remplis de petites marques, et surtout de merveilles de blogueuses, dont je ne suis jamais déçue ou presque….
    Mais cette prise de conscience, que j’étends aussi aux jouets, et à la décoration tant que possible, ne me simplifie pas la tâche et j’ai désormais du mal à faire les listes de Noël / anniversaire car je ne veux plus trop de Made in China sans âme…. Et ce n’est pas simple d’associer originalité / adaptation à l’enfant / éthique et coût….
    Bonne journée ma belle et merci encore pour cette belle reflexion

  3. So says:

    Merci clémence pour ce bel article qui pose si bien les questions.
    Merci de partager avec nous ta réflexion. J’avoue me poser les mêmes questions, même si souvent la question du budget règle pas mal de choses ( dans mon cas) : je n’achète pas faite de
    Pouvoir le faire. Mais il y a des Marques en effet que j’aimerais pouvoir encourager et aider parce que je suis convaincue que c’est par elles

  4. So says:

    Bah j’avais pas fini…
    C’est par les petites, voire
    Les toutes petites entreprises qu’on peut agir sur  » la crise » .
    Merci pour ces questions donc.
    M’en vais plancher cet après
    MIDI en surveillant le bac .
    Bonne Journée.

  5. Esqui says:

    Le mot « artisanat » n’a rien de péjoratif, loin de là! Savoir-faire ancestral, petite quatité, désir de rester dans une production humainement gérable.
    Je crois que plus que la copie (qui est un vrai problème) toutes les boutiques « sauvages » non déclarées sont AUSSI une concurrence déloyale pour les créatrices…
    Comment lutter et aligner ses prix? C’est impossible! Mais ce sujet passionne moins certaines « puristes » de la propriété intellectuelle, à croire que cela les arrange bien!
    Ce qui est aussi dramatique : « brader » le fait-main. Cela dévalorise le savoir-faire et ne rend au final service à personne. Mais l’attrait d’une vente discrète est souvent (toujours?) le plus fort…

    Les deux principaux problèmes de la blogo sont l’orgueil et la cupidité…

    Quand Madame Citronille inclue dans ses livres et patrons des modèles comme le tablier Elsie ou le GRR, elle a l’intelligence et l’élégance de ne pas en revendiquer la création! Et tout le monde est ravi de retrouver au clair les explications centenaires.
    Par contre, on a presque l’impression que certaines ont inventé les vêtements de poupées… A l’aide!!!
    Tout le monde s’auto-proclame « créatrice »… et a l’égo qui va avec… quand je vois certains coussins passepoilés avec les bords qui flottent et des coins douteux (chacun sa déformation professionnelle) vendus dans des boutiquettes fashion, je ris un peu jaune que cela ne gêne personne…
    Si nous excluons les stylistes, etc… de formation (Sophie, As de trèfle, Colonel Moutarde) qui volent clairement au-dessus du lot, il y a aussi des autodidactes exceptionnelles comme Fikou Mikou. Il faudrait rester un petit peu humble… et avoir l’élégance de citer ses sources d’inspiration au risque de passer pour moins créative mais plus « droite dans ses bottes »!
    Concernant les stratégies des marques… seules les plus créatives et les plus professionnelles survivront, non?
    Juste pour rire : je trainaîs dans le 6ème Jeudi et c’est fou comme les langues se délient contre certains tyrans de la blogo… sur le net tout le monde s’écrase de peur d’être mis au ban de certains clans… mais la réalité est tout autre!!!

    • Esqui says:

      Et que les créatrices qui créent DEPOSENT leurs créations et prennent un avocat en cas de problème! C’est le premier moyen de se faire respecter!!!
      N’ayez pas peur de travailler professionnellement!

    • Les Trouvailles says:

      Je n’excuse pour le côté péjoratif d' »artisanal’ dans mon texte. Tu as raison, ce n’est pas dévalorisant bien au contraire !
      Je serais curieuse d’entendre ce que tu as appris dans le 6ème !

  6. claire says:

    c’est une vraie dissert!Tous les points traités sont interessants,pour moi,je n’achète sur les blogo que lorsque l’univers de la créatrice me plait (style Celestine et cie,ou chevalier loulou)et je mets souvent du temps avant de commander!il faut aussi que le prix me convienne et avec une famille nombreuse,je dois faire attention…je regarde de près les finitions sur les photos et je me méfie des photos trop lointaines;ce n’est pas parce qu’une blouse est en liberty qu’elle sera forcément jolie!Enfin,je finis généralement par craquer sur ce que je ne peux pas faire moi même(les veilleuses de Z et Chipette!)
    Pour ce qui est des marques du web qui ont un vrai marketing,ma préférée est Frangin frangine!
    bon,j’ai fini avant les 3 h,je peux sortir,m’dame?

  7. sophielastyliste says:

    Très bonne interrogation qui va au delà de la question de la copie/esprit clanique et autres sujets moult fois abordés. Il est en effet primordial de remettre chaque « vitrine » dans son contexte. On ne demande pas à une blogueuse qui vend son « petit vestiaire » d’adopter le même code de fabrication qu’une marque ayant pignon sur rue – qu’elle soit réellement bancable ou qu’elle s’en donne l’image – et la conduite est encore toute autre pour les grosses machineries. Le point commun, c’est bien évidement le fair-play ( je suis une grosse machine, je fais ou non bosser des gamins dans des conditions déplorables ou je suis un petit artisan et je ne m’approprie pas les patrons ou le travail de la copine ou je ne dis pas que mon tissu ou mon modèle est exclusif quand il est tiré d’un bouquin pour l’un et acheté dans le Sentier pour l’autre ) et l’honnêteté ( On peut faire de la com en étant honnête et droit ( exemple type pour Nils HTSY ) et ça, c’est à chacun de le mesurer, en conscience ! Bon, c’est pas tout ça mais moi j’ai un bac de philo à passer – Ah non, oups, c’est mon fils ! ;) –

  8. Nimeskern Marina says:

    OH difficile a ecrir qqch car deja je suis tres mal en francais,,,, donc je dis qqe mots juste,,, OUIII pour les creatrice de FRANCE-je les adore! je suis POUR diminuer les charges a payer( sa étouffent le creatrices ),,, 2 fois j ai tombe sur les creatrice tres faibles;,,, mais c est n a rien avoir avec beaucoup beaucoup d autres qui a de talent!!! pour les copies,,,, c est difficile a creer qqch nouveau maintenant,,, on dit que  » tous les nouveauté ce sont des choses très bien oubliés « donc il en reste suivre les tendances de couleurs et tissus de la saison,,,,les grands marques j aime bien aussi,,, je trouve que maintenant c est le monde de grand choix et grand concurrence,,, c est un peu bataille pour les clientes qui ont aussi droit de choisir qu ils aiment,,il ya tous pour tous les gouts,,, meme moi,,, j ai teste grace a ton blog et meme avant quand je suis rentre en France,beaucoup beaucoup de marques ,,, et maintenant j ai mes coup de coeur,,, mes prefere ,,, et des marques que j ai arreté d acheter.

    • Les Trouvailles says:

      L’important est que tout le monde est sa chance. On aime ou pas, on teste ou pas, on est séduit par le rapport à la créatrice ou pas etc
      Mais vraiment, je pense que ce monde du web est à creuser :)

  9. Anne ED says:

    Et oui, le black ce n’est pas chic (et la délation encore moins, j’ai vu sur fb qu’elle sévissait, c’est dingue !).
    Je pense que sur la durée, un comportement carré paye toujours = la clientèle se fidélise, le bouche à oreille fonctionne, et si la qualité est au rendez-vous une mini réputation se construit. Et pour un auto-entrepreneur qui fait tout lui-même à la maison (et qui n’envisage pas pour plein de raisons de passer à la cadence supérieure), cette mini réputation est bien suffisante. Une explosion des commandes serait ingérable et même angoissante!
    Pour ce qui est de la copie, elle est horripilante et immorale évidemment. Mais elle n’est pas si fréquente selon moi (les dernières polémiques ne m’ont pas du tout convaincue). Les déballages publics sur de soi-disant copies entre micro-marques manquent plutôt d’élégance et fatiguent les lecteurs qui du coup ne deviendront pas clients. Un bon artisan écoulera toujours son travail sans avoir à « mordre » la concurrence. Il y a de la place! D’autant plus que le monde ne s’arrête pas à Facebook ni à la blogo : les ventes privées organisées en province m’ont permis de constater qu’une acheteuse sur 10 seulement allait sur Facebook ou sur les Blogs. Les 9 autres ont pourtant bien des besoins et un porte-monnaie.

  10. claire S2C says:

    Et bien ! tu nous gâtes avec une telle reflexion :)
    Pour moi ce n’est pas compliqué : le milieu pro de la mode (quelle qu’elle soit) est un milieu plus que dur ! J’adore la mode, mais pour rien au monde je n’y retravaillerai ! Franchement, l’époque du lycée, c’est terminé pour moi ! En revanche je comprend le questionnement quand a son positionnement en tant qu’acheteuse (pour moi) et promoteuse (pour toi) je pense qu’il est important ! Merci donc pour cet article qui fait reflechir :)

  11. cécile says:

    Bonjour à toutes et Merci à vous, Clémence, de nous faire philosopher! Je me sentirai moins coupable ce soir, quand mon aînée nous parlera de son épreuve de Philo! J’ai lu votre post et les messages avec intérêt et concentration. Je suis tout à fait d’accord avec Anne, sur la totalité de son commentaire. Pour ma part, j’aime « craquer » pour le travail d’un artisan, apprécier la singularité de son travail, accepter un petit surcoût supplémentaire et rester critique quant aux finitions. Et à la fois, maman de 5 enfants, la totalité de leur garde robe ne saurait être issue que de la blogo, ni même des marques « ayant pignon sur rue ». Il me faut donc acheter avec discernement les quelques pièces extra ordinaires, dans la mesure du possible.
    Tout comme vous, ce post va continuer de nourrir ma réflexion et mon attitude de cliente.
    Bonne journée.

  12. Claire B says:

    Je suis moi aussi capable de craquer sur un bel article d’une mini-créatrice rencontrée sur la blogo, que ce soit en mode ou en déco, mais dans ce cas je suis assez exigeante sur les finitions, la matière, et j’aime avoir de la sympathie pour la créatrice en question, bien que je ne la connaisse qu’au travers de la toile. Généralement je ne suis pas déçue!
    En revanche comme chacune je me tourne le plus souvent vers les grandes marques du marché sans me poser de questions éthiques, je sais qu’il y a là matière à réflexion, mais je fais au plus pratique pour les choses basiques que je ne souhaite pas payer trop cher.
    Sachant coudre en revanche je dois dire que je ne me laisse jamais tenter par Bonpoint, car leurs prix sont vraiment prohibitifs pour moi, et bien que la collection soit généralement jolie, je ne peux pas m’empêcher de me dire que je saurais coudre ça facilement (ou presque). Du coup leur stratégie marketing me laisse froide!
    Merci Clémence pour cette longue réflexion partagée avec nous. Ce qui est sûr c’est que j’ai découvert plein de petites marques inconnues précisément par les Trouvailles!

  13. M@rie says:

    Vaste sujet!
    Pour ma part je fonctionne au coup de cœur. Et je peux très bien acheter du Bonpoint comme de l’Arsene et les pipelettes ou autre. En revanche, je privilégie le made in France ( ou Belgium c est selon).
    Mes critères sont plutôt basés sur les couleurs de qualité et les expériences avec les marchands.
    Si je ne me sens pas bien reçue ou si le contact ne passe pas, la marque aura beau avoir une collection superbe, je n y achèterai plus rien.
    En ce sens Tout Silo et HTSY m ont envoyé de jolis colis avec un gentil mot dedans, et bien c est clair que je repasserai commande chez elles!
    Ce printemps, j’ai été super déçue de 3 articles de chez Bonpoint, je n ai pas mis les pieds aux ventes VIP et je ne compte pas y aller pour les soldes!
    Il y a pléthore d’offres… Quand j étais petite ( hum, il y a si longtemps), ma maman m emmenait chez les commerçants au détail en me disant que c était grâce à des clients comme nous qu ils arrivaient à vivre.
    Aujourd’hui, le commerce au détail se fait bien souvent sur le net, via des auto entrepreneurs qui ont le courage de lancer leur affaire et qui bien souvent travaillent un nombre d heures inimaginable pour boucler leurs fins de mois. Ma façon d acheter a donc évolué et je privilégie ces marchands. Toutefois, je préfère le faire dans des ventes privées plutôt que sur le net dans la mesure du possible.
    Si je fais bien? Je n en sais rien… C est ma petite façon d essayer de contribuer à un monde qui rend la place aux relations humaines… Je disserte là??????
    Rhooo, je dois filer mais je lirai la suite des commentaires avec avidité lors de mon prochain passage.
    ( ce matin la malice portait un t shirt et une jupe faits avec AMOUR par ma maman)!

  14. A. says:

    un article passionnant, qui pousse à la réflexion!
    je n’ai pas vraiment d’éléments de réponses à vous apporter, et y a t-il une recette du succès?
    j’aimerai juste dire que pour ma part, acheter aux couturières indépendantes est un peu risqué puisqu’il n’y a pas (ou très rarement) de remboursement possible si jamais l’article commandé ne convient pas, et je trouve que parfois, il y a des abus de prix, pour le même vêtements, certaines pratiquent des prix beaucoup plus élevés que d’autres sous prétexte de reconnaissance bloguesque. je trouve cela dommage, et ce n’est que mon avis. quant aux petits créateurs, ceux qui vous plairont ne plairont pas forcément aux autres. je ne citerai pas de nom, mais une marque que vous aimez m’a déçu… mais bon ce n’est peut être que malchance? mais il serait peut être intéressant de recenser les avis positifs ou négatifs sur ces marques (encore faut il qu’ils soient objectifs…)

    • Les Trouvailles says:

      J’ai effectivement précisé tout le long du post que les marques que je soutiens correspondent aux goûts qui sont les miens et ne sont pas universels.
      Je suis toujours curieuse de vos feedbacks et de vos expériences avec les marques que j’aime. n’hésitez pas à m’en faire part.
      Vous avez aiguisé ma curiosité ! Je me demande donc de qui vous parlez !

  15. Coralie says:

    Se poser des questions , réfléchir avant d acheter c est déjà mieux consommer ?
    J essaie d acheter moins (j ai encore des progrès à faire ) et d être plus attentive à ce qu il y a derrière .
    J en profite pour reparler d une marque que j aime beaucoup et pour laquelle je n ai jamais été déçue depuis 3 ans :Le Carroussel dont voici le lien http://www.lecarrousel.org
    De magnifiques photos , des finitions parfaites , de très jolis paquets et une créatrice charmante .
    Et un blog croix de Provence sur lequel j aime également aller .
    Bonne soirée et merci pour cet article .

    • Les Trouvailles says:

      Moins acheter = j’ai des progrès à faire également !
      Je suis Le Carrousel mais pas de coup de cœur dans les nouvelles collections. Dans la dernière campagne photos, je trouve les articles très larges (Joséphine étant ultra fine). Donc pas d’achats sur ces collections.
      Je ne connais pas Croix de Provence.
      Merci pour votre com !

Laisser un commentaire