Il y a 3 ans : Lundi 5 octobre 2009

Jour J

Ma jolie petite fille,

Bon anniversaire mon amour ! Voilà le jour J !
Déjà 3 ans! Tu es tellement grande !
2 ans avec le pouce comme tu dis !
(Comprendre les 2 doigts de la main pour 2 ans + le pouce pour faire 3 ;))

Papa et moi te souhaitons des milliers d’anniversaires heureux.
Papa et moi te remercions pour ces belles années remplies de bonheur, d’émotion et de joie.

Tant de souvenirs marqués dans nos cœurs :
Tes premiers sourires, tes premiers repas, tes premiers areuh, tes premiers rires, ton 1er « quatre pattes quasimodo » (avec une jambe qui traine derrière), tes premiers « mamamama » et « dadaadadada », tes premiers bravos, tes 1ères marionnettes, tes premiers pas, tes premiers mots, des premières blagues, tes premières chansons et récemment ta première rentrée …

Tu illumines nos vies du matin où l’on te trouve à hurler de joie de nous voir dans ton lit au soir où tu fais ton joli « gahut » avec Augustin près du nez et ton pouce dans la bouche !

On aime quand tu danses avec ta tête, quand tu montres des petites quenottes, quand on fait la bataille toutes les 2, quand tu nous racontes des cracks (genre tu mangerais du poulet carottes pratiquement tous les jours à la cantine), quand tu ris à gorge déployée, quand tu manges sérieusement tes Chocapic et même quand tu pleures parce que ce sont les seuls moments où tu câlines !

Merci chérie pour tous ces petits moments de bonheur qui font que l’on est pressés de te retrouver le soir.
Pardon pour tous les manques que nous avons déjà et que nous aurons par la suite mais nous te promettons de tout faire pour être une bonne maman et un bon papa.
3 ans déjà mais il nous reste tant de choses à découvrir !

Tu nous fais grandir, tu nous rends meilleurs.
Nous sommes tellement fiers de toi et nous t’aimons plus que tout !

Alors ? Veux-tu savoir comment tu as pointé ton joli petit nez dans notre monde?

3h:

J’ai un souvenir flou de cette longue nuit.
J’ai dormi la première partie mais en culpabilisant pour toi que j’allais faire naitre trop tôt et pour papa que je faisais dormir mal à l’aise.
Je voulais lui céder mon lit (puisque de toute façon je ne dormais pas) ce qui l’énervait au plus haut point !

A 3h, mon réveil a sonné pour prendre mes antibio.
J’avais très mal au dos.
Je suis passée aux toilettes : ça coulait toujours tant et plus !

Papa s’est réveillé et a touché mon ventre quand je me suis allongée.
Il y avait des contractions selon lui, un peu comme ton stretching mais en différent.

Ca donnait un peu une vision lunaire de cette partie de mon corps :

Je me suis à moitié rendormie et papa complètement.

6h:

Papa a été réveillé car les contractions me faisaient souffler comme une vache !
Du coup, j’ai eu un monito et … rien !

On s’est promené dans le couloir et là, j’ai compris l’utilité des barres sur le mur !
Je m’agrippais le temps que les contractions passent !
Papa essayait de me distraire en me montrant les photos d’Arthus-Bertrand au mur et me forçait à le suivre pour accélérer les contractions.

Je prenais sur moi en me disant que le monito ne montrait rien
Donc que ce que j’avais n’était pas de vraies contractions
Mais du coup, j’appréhendais vraiment les vraies !

L’attente fut très très longue ! Pourtant seulement 2h !

8h:

La nouvelle équipe est arrivée et est venue se présenter.
Elle m’a demandé si les choses avaient changé comparé au petit matin. Rien de plus.

Alors, elle m’a dit que Papa pouvait aller prendre son petit dej et sa douche,
Que j’allais aller moi aussi passer sous la douche pendant qu’elle discutait avec le docteur pour savoir quand on pourrait me déclencher.

Papa est donc parti et je suis allée à la douche (pas un super souvenir…).

Puis monito qui ne donnait rien.
Alors qu’on discutait, la sage-femme a vu une des belles contractions que je subissais depuis quelques temps.
Etonnée que le monito n’enregistre rien, elle est allée en chercher un autre.

Quand elle a vu le résultat, elle m’a examinée et m’a dit : « oh, la, la, le travail est plus que commencé !
Le capteur du monito ne marchait pas cette nuit ! Il faut faire la péridurale tout de suite sinon ce sera trop tard !
Allez, vous partez en salle de travail et je vais prévenir l’anesthésiste !!! ».

J’avais donc de vraies contractions !
J’avais un peu peur car Papa n’était pas là et ne répondait pas à son portable (il était sous la douche).
J’ai donné avec émotion le petit paquet d’habits préparés pour toi avec amour.

9h :

Me voilà en salle de travail.
Pas de blouse opaque donc blouse transparente (moi qui suis pudique ! Mais au point où l’on en était !)

La sage-femme m’explique quelle sera mon impression quand tu seras descendue dans le bassin puis engagée.
Je ris avec la puéricultrice en disant que j’ai séché le cours sur la respiration et que du coup, je ne saurai pas faire.

Elle m’a expliqué que je ne pourrai pas te prendre dans mes bras car tu partirais immédiatement faire des soins spéciaux préma.
J’étais triste et allais ensuite « ordonner » à Papa qui était de retour de ne pas te quitter quand tu partirai et me laisser seule même si je faisais une hémorragie (Maman et ses scénarios catastrophe !)

La sage-femme me demande si je souhaite allaiter.
Je ne voulais pas car cela ne m’a jamais tenté mais étais prête à le faire pour Papa qui pensait que les anticorps du lait maternel étaient importants.
Je m’étais donc dit que je le ferais pour toi bien que toutes mes amies déjà maman ou sage-femme me disaient que si l’on ne le sent pas, il ne faut pas car c’est quelque chose de super compliqué générateur de beaucoup de baby-blues.
Donc mieux vaut un bébé et une maman heureux au bib qu’une maman dépressive aux tétons cloqués avec un bébé mal nourri.

Donc, nous voilà en situation : « voulez-vous allaiter ? ».
Vu le stress accumulé depuis la veille, quand on me pose la question, je lui dis que si tu es préma et toute petite se sera surement mieux.
Elle me répond qu’au contraire, avec un bib, tu pourras prendre plus de poids et ce sera bien plus facile de suivre ta santé.
Alléluia ! « Je ne veux pas allaiter ! » Enfin je l’ai dit !

Ensuite, elle a rempli ton dossier.
Elle m’a demandé ton prénom et ton nom.
Quelle drôle de sensation de dire pour la première fois officiellement :  « Joséphine L****»,
Bientôt ce joli prénom sera associé à une petite tête . Inimaginable !

L’anesthésiste arrive avec son interne.
Je ne veux rien regarder et ne suis pas rassurée.
Il prépare son champs à la bétadine et pique = un éclair dans la cuisse gauche.
L’anesthésiste me rassure : c’est normal.
Puis j’entends : « zut, le cathéter ne veut pas entrer, il faut que je repique ».
Et hop, le 2ème essai est le bon.

Une fois réinstallée sur le lit, je vois Papa entrer tout ému avec sa charlotte et sa blouse.
La péridurale a été géniale pendant 1h30.Je n’ai pas trop de souvenirs de cette période.
On discutait avec Papa, la sage-femme toute jeune (Raphaëlle) est venue se présenter tout comme la puéricultrice.
Le monito tournait, la prise de tension était continue, les perfs étaient en place et la douleur disparue.

Je me souviens aussi du moment où on m’a rompu la poche de eaux, cet écoulement chaud incroyable !
A un moment donné, une sage-femme arrive avec un téléphone : Gounie !
Elle avait réussi à soudoyer la pauvre sage-femme ! Raphaëlle a hurlé que c’était interdit en salle de travail !

11h:

La douleur revient tout à coup dans le dos et surtout dans les fesses ! Fulgurante.
La sage-femme examine et constate que tu as la tête tournée du mauvais côté :
Au lieu de regarder vers le bas et de passer sur les os du bassin, tu regardes vers le haut et donc tu pousses les os du bassin.

Il va falloir essayer de te faire tourner.
Me voilà partie pour me mettre dans de multiples positions qui font mal :
Sur le côté une jambe levée, puis l’autre. Pas facile avec tous les fils !
Le tout en blouse transparente … Heureusement le ridicule ne tue pas !

A partir d’un moment, j’ai tellement mal que je pleure quand je sens que cela revient et je serre fort la main de papa.
Papa va me masser les fesses pendant une heure : la classe !
Soit dit en passant papa a été très bien et très courageux tout le long.
Surtout qu’il était pratiquement tout le temps seul avec moi !

J’ai eu si mal que l’on m’a fait respirer de l’oxygène et là, c’est formidable :
Je n’ai plus mal mais je suis à moitié dans les vap’ !
Cela inquiète papa qui me tape la main et finira par me donner des claques pour me faire revenir.
Il m’interdit le gaz et dès qu’il tourne le dos j’en aspire un grand coup en douce !!!

12h50 :

Ne sachant quoi faire pour me soulager, la sage-femme m’apporte un coussin gonflable.
Elle me dit de m’asseoir et de faire tourner mon bassin.
Cela pourrait te faire descendre.

J’ai l’impression que le coussin est gelé, cela fait du bien.
En fait, il était à température ambiante, c’est moi qui avais chaud !

La sage-femme vient vérifier que tout est OK
Et d’un coup : les étriers sont montés, la lumière est baissée, sage-femme et puéricultrice sont là et on me dit :

13h :

… « courage, il est 13h00, elle est engagée, elle est du bon côté, courage, il reste vingt minutes et Joséphine sera là alors poussez fort ! »

Je poussais fort en hurlant « J’ai mal !!! » alors que Papa me disait de souffler et de ne pas crier.
Je me revois lui dire : « je crierai si je veux ».

A un moment, la sage-femme dit : « je vois les cheveux, voulez-vous toucher ? »
Et moi : « mais ça va pas ? Non ! »

Puis : « Arrêtez de pousser » et « Allez, une dernière fois » et te voilà !
8 minutes d’expulsion : le record de la maternité pour un premier bébé !

Je t’ai sentie swiper entre mes jambes et toute l’eau partir d’un coup en même temps que tout mon corps s’est calmé !
Un moment incroyable ! Le calme soudain après la tempête !

Papa me tenait la main et je lui ai fait extrêmement mal pendant 8 minutes !
J’ai demandé si tu avais pleuré car je ne t’avais pas entendu. Réponse affirmative
On a demandé à papa s’il voulait couper le cordon et il a dit « mais ça va pas ? Non ! »

Quand les sages-femmes t’ont vu, elles t’ont finalement posée sur moi.
Tu ne faisais pas du tout petite pour elles mais pour nous tu étais minuscule.
J’ai beaucoup pleuré et je tremblais en même temps de tout mon corps.

Papa a enfin relâché la pression et a pleuré.
Il ne savait plus où donner de la tête entre sa toute nouvelle petite fille si fragile et sa vieille femme si tremblante !

Tu étais mignonne malgré ta peau beige marbré, tes ongles mauves et tes cheveux bruns plein de mousse blanche.
Je ne sais plus vraiment ce que je t’ai dit, quelque chose comme « bienvenue ma petite fille, comme tu es jolie » ! Et comme tu ressemblais à ton papa !

Ensuite, on t’a pesée : 3 kilos 080 et mesurée 48 cm. Parfaite !
Pas vraiment préma… Tous les tests étaient parfaits !

On est resté en famille pendant 2h dans la salle. Le placenta était sorti avec toi donc pas d’inquiétude.
On a réussi à appeler cette sacrée Gounie pour lui dire : « On est avec Joséphine, elle va bien ».
Tout le monde pleurait.

Tu étais si petite et si fragile …

16h :

Après m’avoir nettoyée, recousue (3 points dit « de confort »)… on m’a dit que je pouvais me rhabiller.
J’ai remis ma gigantesque chemise de nuit qui flottait maintenant et on m’a passée sur un lit à roulette.

Pour toi, on ne pouvait pas te mettre la tenue préparée avec amour en raison de la couveuse.
Tu étais donc en couche avec un affreux bandeau blanc dans les cheveux.

La puéricultrice m’a poussée jusqu’à l’ascenseur et papa poussait fièrement (et c’est peu dire) la couveuse qui contenait son bébé !
J’ai adoré ce moment !

En arrivant au 3ème étage, j’ai dit que je voulais une chambre seule avec vue sur Paris.S’il vous plait ! S’il vous plait !
Comme on était 2 à avoir accouché ce jour-là (le lendemain la mater serait pleine !) et que j’allais rester plus longtemps que les autres comme tu étais préma, j’ai eu le droit à la plus belle chambre !
La plus grande avec une belle vue.

Comme tu étais une « fausse préma » (les sage femmes en riaient car tu seras la seule préma de la nursery mais aussi le + gros bébé de la semaine ;)),
On pouvait te sortir de la couveuse autant qu’on voulait.
Quand je me suis retrouvée avec toi à côté, je n’osais pas te prendre dans mes bras (Papa était parti régler les détails administratifs).

Quand il est rentré dans la chambre, il a trouvé Maman avec un mini bout dans les bras.
Il a souri tendrement. Beau souvenir…

Puis on a appelé les proches ! Que d’émotions ! Et envoyé notre texto :
« Joséphine nous a fait la surprise d’arriver dans nos vies aujourd’hui à 13h08. Elle mesure 48 cm et pèse 3 kilos 100. Joséphine et Maman vont très bien et Papa se remet de cette belle émotion ».

Malgré tout ce bonheur, j’avais eu quand même bien mal et m’en souvenais !
Du coup, au téléphone, j’ai fait peur à toutes celles qui n’avaient pas encore accouché en disant ‘Plus jamais ! »!

Avec le stress de la journée, tous mes ongles se sont dédoublés !

23h :

Papa, exténué, est rentré à la maison.

Moi, j’ai choisi mes repas de la semaine : ce sera un régal (pas ce foutu fenouil à l’eau) et je t’ai confié à la sage-femme.
En fait, tu régurgitais beaucoup et j’étais désemparée.
J’ai bien fait car la sage-femme m’a dit que tu avais repeint la couveuse plein de fois durant la nuit !

Déjà 3 ans… Je t’aime amour !
Bon anniversaire encore !

22 comments

  1. Agathe de Villartay says:

    Ça me rappelle des souvenirs, ma Thaïs aussi regardait du mauvais côté. Je suis tombée sur une SF merveilleuse qui a tout fait pour la retourner (on parlait césarienne, heureusement c’est resté à ce stade).

    Joyeux anniversaire grande et jolie Joséphine

  2. Anonymous says:

    merci pour cette belle histoire dont j’attendais chacun des épisodes avec impatience ! Bien évidemment, j’ai pleuré, moi qui doit accoucher dans quelques jours ! c’est toujours tellement merveilleux… bon anniversaire jolie Joséphine !

    Clémence

  3. mariannou says:

    très joyeux anniversaire Joséphine!
    c’est drôle comme la narration des accouchements des autres peut vous chambouler comme si vous accouchiez ! le corps doit se souvenir, je ne vois que cela!
    pleins de bonheur à partager avec cette petite princesse , qui est en plus la cops de notre bibiche alors on pense encore plus à elle!
    bon courage à vous pour les semaines à venir!

  4. Féli says:

    Très joyeux anniversaire jolie Joséphine, et plein de bonheur pour tous ceux à venir!
    Bises à ta maman qui m’a mis les larmes aux yeux avec ses si jolis mots d’amour!

  5. Stéphanie says:

    Happy birthday jolie Joséphine. J’avoue avoir suivi tous les récits de la semaine et je te remercie car c’était très émouvant ! Une belle preuve d’amour pour ta jolie minette. Bisous.

  6. flore says:

    Comme c’est émouvant…et si sympathique de lire ce p’tit parcours jusqu’à la naissance de ta jolie Joséphine, à qui je souhaite un très bel anniversaire pour ses 3 ans!
    Très beau weekend.

  7. Violaine says:

    Bon anniversaire Joséphine!!
    C’ est une très belle histoire…. Et comme chaque accouchement est différent, je te souhaite encore de belles surprises!

  8. Delphine says:

    Quel beau récit! Ta petite Joséphine a bien de la chance, je suis sur qu’elle sera ravie de lire ces lignes un jour.
    Et moi, en te lisant, j’ai revécu ces interminables heures avant de rencontrer, moi aussi un peu en avance, ma fille adorée…

  9. Nanny says:

    Je viens d’ouvrir le blog et quelle surprise ne devais tu pas faire une pose? Mais quel merveilleux récit. Joséphine est un amour et nous l’aimons tous tellement. Joséphine encore une fois JOYEUX ANNIVERSAIRE et bisous à tous les trois (4)

Laisser un commentaire