LECTURE : La part de l’autre ?

J’ai déjà parlé du fait que j’aime lire sur le thème du communisme russe.
Pour tous les sujets, je suis persuadée qu’on ne peut se faire une idée des choses
Tant qu’on n’a pas vécu la situation,
Tant qu’on ne connait pas le contexte du moment …
Que si de tels actes ne s’excusent pas, ils peuvent au moins, peut-être, s’expliquer.

Je m’imprègne de ces sombres périodes pour essayer de comprendre ce qui a conduit à une telle situation.
Que ce soit les millions de morts sous Staline,
Les millions de morts sous Hitler,
Les milliers de morts par les américains à Hiroshima et Nagasaki en 3 jours
Ou encore, au Rwanda, en 1994, le millier de morts tutsi  en 3 mois.

Ces situations me semblent au-delà du réel.
Comment en arrive-t-on là ?

Prenons le sujet du jour : le nazisme.
Cela me semble impossible qu’un petit brun ait pu porter aux nues les grands blonds et ait réussi à entrainer avec lui une partie de la population dans un génocide.
Et je ne pense pas qu’aux personnes juives mais aussi à tous ceux dont on parle moins et qui ont pourtant subi le même sort :
Les personnes handicapées, les intellectuels, les communistes …
Cela me dépasse.

Dans le livre d’aujourd’hui,  La Part de l’Autre,
Par une humanisation nécessaire d’Adolf Hitler, sans chercher à excuser,
Éric-Emmanuel Schmitt montre que le monde aurait pu être tout autre et dépend des circonstances.

La Part de l’Autre d’Eric-Emmanuel Schmitt est une double biographie :
– une biographie romancée d’Adolf Hitler
– en parallèle une la biographie imaginée d’Aldof H. = celui que serait devenu Hitler s’il avait été reçu aux Beaux-Arts.

Selon Schmitt :
‘La minute qui a changé le cours du monde est celle où l’un des membres du jury de l’École des beaux-arts de Vienne prononça la phrase : « Adolf Hitler : recalé »’.

Les chapitres alternent les biographies :
– Un chapitre est dédié à l’Hitler connu de l’Histoire
– Le suivant parle de Adolf H : peintre de l’école surréaliste du légendaire Montparnasse parisien, ardent défenseur du sionisme, homme à femmes …

Son analyse va plus loin et en devient effrayante :
Chacun de nous ne renferme-t-il pas une part sombre, une possibilité de faire le mal ?
Cette part que la plupart des hommes cache sans cesse, refoule, est considérée ici comme un prélude à la guerre, à la mort.
Quelles circonstances pourraient la faire réapparaitre ?

Un excellent livre qui fait beaucoup réfléchir, plus sur soi-même que sur cet homme finalement.
Pour voir l’Histoire sous un autre angle.

J’avoue avec eu quelques appréhension avant de commencer tant par le thème du livre que par sa couverte qui ne me rassurait pas dans le métro ! ;)
Mais à lire !

6 comments

  1. Morticia says:

    Chacun de nous renferme une part sombre et pour certain, le mot sombre est encore un euphémisme.
    Partir du simple postulat que la face du monde aurait pu être changée si Hitler n’avait pas été recalé aux Beaux-Arts … Bon …
    On peut penser qu’il y a une psychopathologie bien plus pernicieuse et au delà de cet ouvrage, je vous conseille, une nouvelle de Dino Buzatti qui se trouve dans son ouvrage intitulé le « K »,http://www.michelet-vanves.ac-versailles.fr/discipline/pole_litteraire/buzzati_dolfi.html
    Ou bien encore, pour celles et ceux qui ont le coeur bien accroché, l’excellent ouvrage de Lionel Shriver « Il faut qu’on parle de Kevin ». Ca recentre immédiatement ses priorités en matière d’éducation. Avant d’essayer de comprendre pourquoi la société accouche de tels monstres, il faut déjà se pencher sur les parents. Le « Je » de l’enfant n’est qu’un cadeau des autres(Gusdorf), à commencer par celui de sa propre mère.

Laisser un commentaire