LE SAVIEZ-VOUS ? Le collier marseillais

Plus je ‘vieillis’, plus je me surprends à faire ou à aimer des choses que je me jurais de ne jamais faire ou aimer.

Par exemple :
Maman et Papa insistaient beaucoup sur la politesse pour mon frère et moi
Mais ils n’hésitaient pas à reprendre également nos amis.
J’étais alors morte de honte et me jurais de ne jamais faire ça à mes enfants.

Pourtant aujourd’hui, Joséphine connait bien ses bases
Et je me surprends aussi à faire des remarques aux enfants des autres …

J’hésite encore à demander à des personnes qui discutent tranquillement pendant la messe d’aller continuer leur papotage au café du coin.
Mais je ne suis pas loin de le faire alors que j’avais horreur de voir Maman faire ça !

Il en va de même pour des choses plus futiles que l’éducation :
Si je n’arrive toujours pas à aimer les mocassins, les twin-sets et les chevalières,
Je commence à me dire par exemple que mes foulards Hermès pourraient peut être bien donner en étant portés de façon un peu ‘pas classique’,
L’or jaune me tente de plus en plus,

(Au secours ! Le collier de perles n’est peut-être plus très loin de mon cou !!!! ;))

Sans rire, il est un autre collier que j’aime de plus en plus :
Celui qu’on appelle le collier marseillais :

Le collier marseillais
Mais connaissez vous son origine ? 
Je l’ai découverte via le blog Porte Plume
Extrait du Guide Marseille Insolite et Secrète, de Jean-Pierre Cassely :
Le collier marseillais, d’une longueur de 45 centimètres, est composé de boules d’or creuses disposées en chute, de 5 à 10 mm de diamètre, reliées entre elles par un maillage également en or.
La plus grosse boule du collier marseillais est positionnée au centre du collier et les plus petites à l’arrière.
Si cet article élégant et incontournable du trousseau ornemental féminin marseillais se vend toujours avec succès,
En revanche, la tradition qui précédait son obtention par la jeune fille, a été abandonnée.
Au départ, l’idée d’acheter des boules d’or est née vers le XVIIIe siècle dans la corporation des « partisanes » (revendeuses sur les marchés).
Elles les enfilaient sur un simple fil noir et les gardaient sur elles en permanence.
Selon leurs disponibilités en terme de pouvoir d’achat, elles achetaient des boules plus ou moins grosses.
C’était en quelque sorte leur plan d’épargne retraite.
L’or était à cette époque l’étalon de la monnaie et pratiquement la seule valeur transportable sûre.
 Mais le fil étant fragile, elles prirent l’habitude de relier les boules par un en maillage d’or.
Au XIXe la coutume se répandit dans la bourgeoisie si bien que les Marseillaises se rencontrant hors de Marseille se reconnaissaient au port du collier marseillais.
Dans le temps, lorsque naissait une jeune fille « de bonne famille », les parents lui ouvraient chez le bijoutier de famille, une « liste » de collier marseillais.
Ainsi, aux occasions telles qu’anniversaire, obtention de bonnes notes à l’école ou Noël, les parents ou amis pouvaient commander une nouvelle boule d’or qui venait s’ajouter aux autres.
Une carte de visite était envoyée aux parents qui pouvaient de leur côté tenir, à l’instar du bijoutier, la comptabilité des boules acquises.
Lorsque toutes les boules nécessaires à la confection du collier marseillais étaient réunies, le bijoutier les assemblait et la jeune fille pouvait alors l’arborer.
Cela correspondait dans la plupart des cas à l’anniversaire de ses seize ans.
Puis, le prix de l’or baissant d’année en année, tandis que le coût de la main d’œuvre augmentait sensiblement, l’en maillage des boules devenait presque aussi cher que l’acquisition des boules.
Dans les années 60, les gens commencèrent à abandonner la tradition pour acheter les colliers marseillais tout faits.
Bon, je ne suis absolument par Marseillaise
Mais ces colliers sont très beaux et je trouve la tradition très sympa !

17 comments

  1. M@rie says:

    Je ne savais pas…. Je les trouve jolis ces colliers, au delà de la tradition qui me plaît bien aussi!
    J’ai juste encore un peu de mal avec l’or jaune… Ca fait trop Barbie sur une blonde belge…

  2. Sonia says:

    Eh bien moi, je suis marseillaise d’origine (née à Marseille et y ayant vécu mes 25 premières années) et, malgré tout, je ne connaissais pas cette tradition ! Le pire, c’est que j’ai dans ma bibliothèque le livre que vous citez qui m’a été offert par ma mère ! J’avoue que je ne l’ai pas entièrement lu ! En tout cas, merci de nous avoir fait découvrir cette belle tradition, désormais tombée en désuétude. Je me souviens qu’une camarade de classe portait ce collier au lycée et qu’il faisait beaucoup d’effet !
    Bonne continuation pour ce blog que je trouve très sympathique et que je visite quotidiennement. Bien entendu, je ne suis pas toujours entièrement d’accord avec les idées exprimées (par ex sur l’homéopathie ou d’autres sujets un peu plus « sérieux ») mais j’apprécie que vos avis soient nuancés et que vous soyez ouverte au débat. Et puis, je rejoins malgré tout votre avis sur pas mal de sujets (le maternage notamment et bien d’autres choses encore). Bonne journée !

  3. Payot et Gounie says:

    Nous l’avons toutes eu signé Agatha et rêvant de l’authentique comme celui de notre amie marseillaise Astrid Gillet qui le portait tous les jours!

    De l’or jaune, j’en ai plein les tiroirs ma chere fille puisque tu m’as fait passer à l’or blanc !

  4. karen liberty addict says:

    moi je savais, j’en ai un… offert par feu mon papa collectionneur de bijoux anciens en me rappelant que justement ma marraine est marseillaise ! c’est une ville que j’aime beaucoup…. et si tu veux voir un autre bijou typiquement provencal j’en montre un sur mon blog (mais je ne sais plus quand, ça date … ! ) xxxx

  5. hoppenot says:

    Mais c’est le collier Agatha ça !! Celui que je porte en ce moment autour du cou et aussi en mode bracelet autour duquel j’ai fait accroché 4 petits personnages gravé aux prénoms de mes enfants… je ne savais pas que c’était un collier « marseillais » ??…

  6. Anonymous says:

    Marseillaise, je connaissais son nom mais pas son origine; j’en avais un jusqu’au 14 août de l’année dernière où je me le suis faite arracher devant chez moi, à Marseille :(

  7. Anonymous says:

    Eh bien moi, ce collier m’a été arraché par deux voyous dans ma voiture à Marseille alors attention mesdames car ce collier attire l’attention surtout par des individus minables en scooter avec 0 éducation. Tellement idiots et stupides qu’ils ont pris ça pour de l’or……ça montre l’intelligence. Abrutis de premier ordre….

  8. Jeanne says:

    j’adore le collier marseillais, et le bracelet et les petites boucles :)
    les boules sont creuses en général mais l’épaisseur doit être assez importante pour éviter qu’elles ne se déforment au moindre choc. J’ai les miennes depuis plus de 25 ans et j’avais acheté ça au Maneige à bijoux plan de campagne, aucun coup sur les perles… très bonne qualité.

Laisser un commentaire