A voir : Good bye Lenin !

Après Goodbye Mademoiselle hier, « Good bye Lenin ! » aujourd’hui !

J’ai parlé dans un précédent billet de ma période russe.
L’époque de la RDA me fascine.
L’idée de base du communisme me semble être une belle utopie, utopie dont les dérives et les limites sont certes connues.

Dans ce blog, je ne ferai jamais de politique.
C’est un sujet qui ne me passionne pas.
Gauche, droite, centre : il s’agit pour moi d’un grande cours de récré où s’amusent des copains.
(Je le réalise d’autant plus quand je vois la solidarité qui existe entre les promos d’une même école d’ingénieurs)

Je ne souhaite pas vraiment développer sur ce sujet,
Je veux juste dire que ce n’est pas le communisme en soi, en terme de parti, qui m’intéresse
Mais l’observation d’une expérience de vie où il n’y avait qu’une marque de petits pois, où le crime n’avait pas le droit d’exister, où la délation s’est immiscée partout, …

J’ai lu pas mal de témoignages de gens qui ont fui vers l’Ouest
Mais également beaucoup de témoignages de personnes qui étaient plus heureuses en RDA qu’en Allemagne réunifiée
Et dont la chute du mur a bouleversé la vie.
La réalité doit se situer entre les deux.

Il me semble toujours difficile de juger une situation historique a posteriori,
Sans connaitre tous les tenants et les aboutissants de cet état, sans connaitre le ‘climat’ de l’époque en question.

Qu’aurait donné le communisme s’il n’avait pas été mis en place juste après guerre dans un pays dévasté où tout manquait ?
Qu’aurait-on fait à la place de Pétain ?  Y avait-il réellement un autre choix possible alors ?
Peut-on vraiment juger la collaboration sans avoir eu sa famille menacée en cas de refus ?
Peut-on vraiment glorifier la résistance sans connaitre les raisons initiales de ce choix ?
Quelle est l’influence du gouvernement ? Quelle est la part de toutes ces choses qu’on ne saura jamais ?
Qui tire vraiment les ficelles ? (sans penser à un complot mondial)
La monarchie est-elle vraiment différente de la démocratie ou cette dernière n’est-elle qu’une illusion pour un peuple non éclairé comme on dit et qu’une manière de supprimer (encore) la notion religieuse ?
La situation actuelle de la France (des riches et des pauvres, une classe moyenne qui disparait …) est-elle si différente de celle de 1789 ?
Le 4 août 1789, y a-t-il réellement eu abolition des privilèges ? Peut-on affirmer cela en regardant actuellement notre pays ?

Je ne souhaite pas juger, loin de là.
Je pense seulement que certaines décisions, certaines époques ne peuvent pas forcément être comprises, justifiées ou condamnées sans vraiment réaliser le contexte du moment.
(Je reconnais aussi qu’il y a eu des évènements historiques qui ne peuvent être que condamnables)

Un exemple tout bête de justification par le contexte :
Je me rappelle encore du jour où j’ai demandé à mon grand-père s’il avait tué à la guerre.
Je devais avoir 7 ou 8 ans, bien loin  de comprendre la réalité d’un combat.
Sa réponse : « Quand c’est lui ou toi, il vaut mieux que ce soit lui ».
Cela m’avait terriblement choquée pourtant remis dans le contexte, c’est une évidence.
Tout n’est pas noir ou blanc (c’est moi qui dis ça ??? ;))

Pour revenir à la RDA, tous les films et livres traitant de cette période m’intéressent.
Alors quel ne fut pas mon bonheur quand j’ai vu le fabuleux Goodbye, Lenin ! (2003)

Le pitch :
Alex est élevé par une mère qui, pour oublier la fuite à l’ouest de son mari, se dédie corps et âme à la vie sociale communiste.
Suite a un accident, celle-ci tombe dans le coma. Quand elle se réveille, le mur est tombé, la RDA n’existe plus.
Les médecins demandent qu’on lui évite tout choc.
Alex va alors tout faire pour que sa mère se croit toujours en RDA et ne voit pas les bouleversements de la vie occidentale.

A travers ce film, on comprend le décalage entre le vie à l’est et la vie à l’ouest.
On découvre la vie au quotidien d’en l’Allemagne socialiste, on touche du doigt ce fameux ‘contexte’
Et on se rend compte du bouleversement qu’a représenté la chute du mur.

J’avais dédié un billet à nos rares voyages.
Notre virée berlinoise reste un excellent souvenir.
D’autant meilleur que je doutais de l’intérêt d’une telle visite et que j’ai été énormément surprise et conquise.

Un lieu où l’on ressent toute la force de l’Histoire, une ville cosmopolite,
Une grande richesse par sa diversité et son dynamisme.
J’ai apprécié que le guide profite de nos visites pour nous montrer les lieux où les scènes du film présenté aujourd’hui ont été tournées.

Un film très intéressant donc au-delà de son histoire touchante.
La vie en RDA au quotidien et une question trotte dans la tête pendant tout le film, surtout pour une futile matérialiste comme moi :
De quoi a-t-on réellement besoin finalement pour être heureux?

3 comments

  1. marmance says:

    J’ai beaucoup aimé ce film aussi!
    Et comme tu parles aussi de la Russie je te conseille si tu ne l’as pas encore vue (et dans un registre différent) Soleil Trompeur de Nikita Mikhalkov, j’aime d’ailleurs beaucoup ce réalisateur (le Barbier de Sibérie peut-être plus connu est aussi de lui).
    Il existe une suite à Soleil trompeur mais je ne l’ai pas encore vu.
    Par contre il a aussi fait un film très émouvant sous forme de documentaire, Anna, qui est aussi très instructif.

  2. M@rie says:

    J’ai également bien aimé ce film, on se serait cru de l’autre côté du mur.
    La période des blocs m’a intéressée parce qu’elle n’est finalement pas si lointaine que cela… Mais le communisme tel qu’il s’est développé m’effraye… Car il y a toujours un malade du pouvoir à la tête de l’état, prêt au pire pour s’auréoler de gloire! Je pense à Cuba notamment… Ses tickets de rationnement, sa pauvreté sans nom et ses habitants qui, malgré le manque, sourient et chantent! (oui, cela peut exister dans ce que l’on appelle les régimes libéraux… vaste sujet)

  3. Payot et Gounie says:

    Pour en revenir à la Russie, evoquons l’ére des Tsars ou à celle de la Grande France de nos Rois…Une Russie glorieuse , une France fastueuse, des mondes fervants et croyants…Au-delà des Monarques, c’est la Chretienté qui a été decapitée pour mourir dans un materialisme sans âme et donc proie facile de tous les dictateurs annoncant des « lendemains qui chantent ».Sans Dieu ,pas de salut…Les bolcheviques ne croyaient qu’en eux.Les peuples ont été abusé..et meme si les « rescapés » de l’Allemagne de l’Est la regrettent..le complot si il y a complot est contre Dieu et non contre les hommes.

Laisser un commentaire