LE SONDAGE DU MOIS DE JANVIER : Résultat

Ce mois-ci, suite à l’euphorie de Noël,
La question était :
Comptez-vous donner/échanger/revendre un cadeau reçu à Noël ?

La question sous-jacente, le débat du jour,
Porte sur le fait de savoir si ne pas conserver un cadeau se fait
Ou si c’est, je reprends l’expression d’ex-connaissances,
‘Socialement déplacé’ et donc totalement inacceptable.

Mon point de vue?
Je ne trouve pas plus incorrect de ne pas garder un cadeau
Que de l’accepter en faisant de grands sourires et mille remerciements
Tout en n’en pensant pas moins.

Les fameux :
‘Oh merci, c’est trop gentil !’
Tout en pensant :
‘Mon Dieu, qu’est-ce que c’est que cette horreur !’

Pénélope Bagieu

Qu’est-ce qu’un cadeau?
Sa définition :
Présent, objet que l’on offre à quelqu’un
Sans rien attendre en retour
Ou dans l’intention de lui être agréable.

J’ai beau chercher, je n’ai jamais lu :
Présent, objet que l’on offre à quelqu’un 
Et qu’il est tenu d’aimer et de conserver toute sa vie durant.

Réflexion 1 :
Est-ce le geste qui compte?

Selon moi,
Il y a déjà 2 types de cadeaux :
Ceux faits dans la véritable intention de faire plaisir et qui demandent un minimum de réflexion.
Et ceux faits par obligation, à la va-vite.

Ont-ils la même valeur? Je ne pense pas.

Réflexion 2 :
Il faut avoir conscience qu’on peut ne pas faire plaisir

Dans mon idée,
On offre un cadeau pour faire plaisir à l’autre.
Pas pour se faire plaisir et encore moins pour :
Se donner bonne conscience/parce qu’il faut/parce qu’on en a eu un la dernière fois …

Quand on offre un cadeau,
On doit être conscient de pouvoir faire un flop.
On s’est tous sûrement planté déjà plusieurs fois.

Et on a tous autour de nous
Des pros pour tomber toujours à côté
Ceux qui font sourire quand ils disent :

Pénélope Bagieu

Je me rappelle d’une écharpe que j’ai prise pour une guirlande de sapin de Noël,
D’une collection de pots pourris qui me donnaient des migraines effroyables
Et donc je ne savais que faire … 

Conclusion 1 :
Certains cadeaux ne méritent pas d’être conservés quand ils ne plaisent pas

Si un cadeau est fait sans réflexion, sans volonté de faire plaisir
Et qu’en plus il tombe à côté,
Je ne vois pas l’intérêt de le conserver pour se donner bonne conscience.

En revanche,
Il m’arrive de conserver des cadeaux qui tombent à côté
Mais qui ont été faits avec tellement de gentillesse qu’il me serait impensable de ne pas les garder.

Conclusion 2 :
Je ne suis pas plus ‘socialement déplacée’ que d’autres

Sourire à un cadeau qu’on déteste, je l’ai dit,
Ne me semble pas plus déplacé que de ne pas le garder.

On notera que bien souvent,
Ce sont les personnes qui offre des cadeaux pour se faire plaisir à eux-mêmes
Qui sont les premiers à demander à voir ce que vous avez fait de leur présent …
(Exemple : les pots pourris …)

Et là, pour moi, il est tout aussi déplacé
De sortir pour l’occasion l’objet en question du fin fond de la cave ou d’un placard,
Que de se dire qu’il est devenu l’objet de quelqu’un d’autre.

Revenons alors au sondage du jour :
Quid de donner à un autre un cadeau reçu ?

Tout dépend, pour moi, de l’esprit dans lequel on le fait.
Si l’on sait que la personne va être heureuse de le recevoir,
Je n’y vois pas d’inconvénient.

Si l’on veut juste se débarrasser de quelque chose
Et dans le même temps économiser la dépense d’un présent pour l’autre,
C’est effectivement moins sympa.

On revient toujours à la notion de cœur :
Si un cadeau est fait avec le cœur, avec la volonté de faire plaisir,
Peu importe d’où provient le présent et son prix n’a également que peu d’importance.

Quid d’échanger un cadeau ?

Même réflexion:
Si le but de la personne qui offre est réellement de faire plaisir,
Tout en étant consciente de se tromper,
Elle sera ravie d’avoir participé au bonheur de l’autre via un échange.

Quid de revendre un cadeau ?

Là, me dit Chéri Chéri avec qui je discutais du sujet,
Le souci est que l’on fait intervenir la notion d’argent.
‘Combien vais-je tirer de ce cadeau ?’

Mais finalement pas plus que lorsqu’on le redonne (où on l’estime)
Ou qu’on l’échange (puisque le prix nous ait donné).

Alors, répond Chéri Chéri, toujours plein d’idées pour me contredire,
Le problème vient du fait qu’au final,
La personne qui voulait faire un cadeau donne de l’argent.

Cela ne me choque pas plus que d’offrir des bons d’achat, non ? 

Conclusion finale

Oui, il nous arrive d’échanger des cadeaux,
Oui, nous revendons parfois des cadeaux.
Pour qu’ils aient la chance d’être aimés/utilisés par d’autres
Au lieu de pourrir au fond de la cave.

Je suis donc rassurée de voir que sur la courte période de Noël,
24% des personnes n’ont pas gardé certains cadeaux
Et que 2% hésitent encore.

Je suis normale !
Chouette !

Je vous laisse maintenant répondre au sondage de Février
Sur l’amuuuur !

Soledad Bravi

3 comments

  1. Kristenn says:

    Personnellement je suis bien trop sentimentale pour revendre (pas que les cadeaux d’ailleurs)… Entre les cadeaux reçus pour sa naissance et ce que je lui avais fait, ma P avait 20 robes en 6 mois, et je les lui ai toutes mises, même une seule fois pour certaines… et tout est encore dans un carton « au cas où »! Quand je veux revendre, j’ai tendance à surestimer le prix, valeur sentimentale oblige… (et donc ça ne part pas!) mais là, les cartons débordent, il va vraiment falloir que je m’y mette!!! :)

  2. Aliénor says:

    Je plussoie!!! Il m’est arrivé une chose, mais dans l’autre sens! A un mariage, j’avis offert à un couple un truc sur leur liste de mariage et j’ai appris peu de temps tou à fait par hasard après qu’ils ne l’avaient pas pris et avaient du l’échange (contre quoi, je me suis bien gardée de leur poser la question) et bien je n’ai pas été choquée, bien au contraire, j’étais ravie pour eux! C’est pour moi le superbe avantage de la liste, on met en fait une somme plus qu’un cadeau et les gens choisissent! Là ils ont choisi autre chose et quand bien même ils auraient retiré ces sous de la liste pour se payer un resto, je m’en fiche! de mon coté, j’ai fait un cadeau avec le coeur, du leur ils en ont profité comme bon leur semblait, c’est ça pour mio l’amitié (ou l’amouuuuuuuuuuuuur!!!), c’est vraiment donner, sans attendre qqch en retour! quand je reçois des cadeaux de ma BM moches, hyper cher et dont elle fait étalage auprès de tous les invités au moment de me l’offrir (elle me l’arracherait presque des mains pour bien le montrer à tout le monde) et bien je n’ai qu’une envie, revendre ce cadeau, voire le jeter par la fenêtre (ce que j’ai déjà fait!!!!!!), alors j’ai répondu OUI à la revente!!!

  3. M@rie says:

    Si je ne me suis pas encore mise à la revente (va vraiment falloir que je m’y mette!!!) c’est surtout par manque de temps (d’organisation?). Mais ce que je compte revendre (peut être un jour?) ce sont des choses que j’ai achetées. J’éprouve toujours toujours un petit (petit hein!) sentiment de tristesse pour la personne qui m’a offert le cadeau quand je ne l’apprécie pas… En même temps, cela ne m’est pas arrivé très souvent, et j’avoue que j’ai donné énormément de choses reçues pour mon bébé à sa nounou pour qu’elle puisse faire plaisir à son entourage quand cela ne lui convenait pas. Pour ma part, plutôt que de revendre (en effet, le côté monétaire de la chose me gêne un peu), je donne. Mais cela revient au même, c’est se séparer d’un cadeau reçu. Et oui, je fais également la différence entre un cadeau reçu par une personne qui voulait vraiment nous faire plaisir et un cadeau reçu par une personne qui se voyait dans l’obligation de nous offrir quelque chose! Et aux gens qui te trouvent socialement déplacée… Je dis balayez devant votre porte les gens! Sur ce, belle et fraîche journée!

Laisser un commentaire